macabanocanada

30 décembre 2004

3 ptis tours et puis s'en vont.

Mon séjour est arrivé à terme. Je l'ai assez vu en cours comme ça : il faut toujours finir par un debrief', un contrôle, du monitoring, etc. Sans recul, je peux déjà dire que ces quatre mois sont passés très vite. Si je rajoute le mois d'août, passé en Espagne et un peu en Suisse, je ne me suis pas retrouvé chez moi depuis fin juillet. C'est comme si c'était hier. Mais j'ai retrouvé un appart un peu modifié, une chaudière marchant à plein régime, des nouveaux voisins, une banque en rez-de-chaussée.

 

Je ne me sens pas bien car je suis encore une fois un étranger. J'étais un étranger à Toronto, je reviens à Paris et me voilà encore perdu. Oh oui les habitudes vont revenir. Le métro, le Monop', la TV (purée j'ai pas allumé un poste depuis août), la fac, blabla.

 

Je n'arrive pas à parler de mes derniers quatre mois. Si je ne suis pas capable de synthétiser tout ça dans ma tête, comment pourrais-je donner quelques idées de ce que j'ai vécu aux gens qui me posent des questions, questions pour la forme de toute façon. On s'en fout un peu que je sois parti, c'est un peu normal après tout, et comme je n'ai même pas l'esprit du détail je me retrouve comme un con avec rien du tout à raconter. Je garde pour moi ces impressions qui me travaillent. Ces images qui me font de l'effet sans que je ne parvienne à les définir. J'ai eu des moments extraordinaires, mais aussi des périodes de gros doutes, d'énervement, de lassitude, de haine. Je me souviens aussi avoir craqué une fois dans les bras de Gwen. Tout ça conforte tout de même un putain de cafard. Mais bordel, pourquoi avoir le cafard si je suis content d'être de retour ? Le cafard, ce n'est peut-être qu'un malaise, un sentiment d'inadaptation. Les gens que j'ai pu croiser depuis Roissy me paraissent étrangers. Je débarque dans leur quotidien. Eh oui, la vie a doucement suivi son cours ici. Et je me retrouve à la ramasse, à l'ouest, à côté de la plaque, en bref je laggue.

 

L'objectif était de progresser en anglais. Oui j'ai progressé, c'est bon. Pas autant que je ne l'espérais. Je ne suis pas bilingue bien-sûr, même pas « fluent ». Je me suis juste un peu éloigné du « niveau scolaire » pour désormais comprendre une conversation, et me faire comprendre sur des trucs pas trop durs. Second défi : s'éloigner géographiquement pour prendre du recul. Ma vie est passée du coq à l'âne plusieurs fois ces cinq dernières années. Stop, temps mort, réflexion. J'ai avancé sur certaines questions, j'ai reculé sur d'autres. Je reviens encore plus pessimiste qu'avant, je fais de moins en moins confiance. Envie de limiter les dégâts, envie de jouer un rôle important aussi. Si c'est pour crever tout seul, en ayant été trahi, regardé de travers et abandonné des centaines de fois, autant en pro-fi-ter et en faire profiter aux gens qui m'apporte(ront) quelque-chose de bien, consciemment ou non.

 

Ma solitude m'a également beaucoup travaillé, car en rajoutant quatre mois au compteur, j'en suis à 28 mois de « vrai » célibat. Je mets de côté les amuse-bouches et les histoires qui se sont arrêtés un peu trop vite (seulement le cas de Raphaël en fait). Je reviens donc dans l'espoir mais surtout l'envie de construire quelque chose de beau. Je suis prêt pour cela, histoire sentimentale n'est plus synonyme de danger pour soi. Heureux d'en avoir fini avec cela, satisfait de sentir une évolution. Après une histoire marquante, il me faut toujours de très longs mois pour me reconstruire, c'est fou… Mais là, en cette fin 2004, je ne sais pas pourquoi, mmmmm, je sens que ça change. On croise les pitis doigts.

 

Pendant mon séjour, j'ai aussi pris des kilos. Je vais tout faire pour les reperdre, je vais tout faire pour me remettre au sport le plus vite possible. Je m'en veux d'avoir cassé un cercle vertueux qui m'encourageait à prendre soin de moi. Je me sens mal dans ma peau, ça faisait un an que je n'avais pas vécu ça.

Beaucoup de choses m'attendent dans les prochains jours et les prochains mois. Ma fac m'attend au tournant plus que jamais. Les exams, les stages, les cours intensifs, faire ses preuves, concourir, remplir des dossiers, rendre rapports et mémoires, je vais en baver plus que jamais pendant encore (et je l'espère !) deux ans et demi. Je ne regrette en rien mes choix. Je suis content d'avoir déjà bossé trois ans. Je suis fier d'avoir repris mes études. C'est dur. La motivation n'est pas toujours au rendez-vous. Mais il le faut. Pour tout ce que je vise, pour trouver le seul équilibre qui, au jour d'aujourd'hui, me rendra heureux. A force d'être déçu et de tout prendre à cœur, on en arrive à ne plus être touché. Que cela me serve au moins pour avancer, même si certains plaisirs n'ont plus la même saveur. Cela s'appelle la raison. Ou la vieillesse ? Ah il faut que je cultive les belles choses. Je veux découvrir, comprendre, être ému. Quand je suis ému, le temps s'arrête. Le temps qui passe, les événements qui se défilent, les moments hors du temps… Cela n'aura jamais quitté mon petit blog.

 

J'ai commencé à raconter des trucs le 15 août 2002. Je venais de rompre. Je voulais partager ma « reconstruction sentimentale ». 28 mois plus tard, je suis encore seul mais je ne me reconnais plus. Je trouvais ça rigolo, un blog. Il y en avait encore très peu si je me souviens bien. J'ai bien cru un moment que j'allais être touché par le mauvais côté de la « blogosphère », ne jurer que par les statistiques de clics, et tout remettre en question chaque matin parce que c'est trop dur blabla d'être connu et de continuer à écrire sous la dictature du public blabla. Je ne suis que très rarement franc sur mon blog, sauf que j'en ai conscience depuis le premier paragraphe. Le principal étant que je sache me relire… Je crois que j'ai tenu bon jusque là afin de ne pas recommencer les mêmes erreurs, celles que j'ai pu faire à l'époque de l'ancêtre de tout ça, l'IRC. Certains mélanges sont à éviter. Je constate que j'écris finalement à mon rythme et avant tout dans l'optique de cette fameuse relecture…

 

Je n'aurais jamais cru que j'écrirais encore aujourd'hui, à quelques jours de 2005. Je me suis pris au jeu, ça défoule, ça permet de synthétiser difficultés et bonheurs, de se mettre en valeur, de garder une trace de ces moments qui nous construisent. J'ai beaucoup vécu sur mes souvenirs, mes repères bien ancrés. Il est agréable de savoir que je peux relire de brefs passages de mes deux dernières années à tout moment… Un peu comme ces centaines de photos que je gardais dans mes jolis dossiers jaunes. Ces jolis fichiers, archivés avec soin, qui se sont « scratchés » en avril dernier. Et mes brefs passages que je viens d'évoquer ont bien failli disparaître de la même manière cet été. Quand mon coloc m'a dit que la base de données était revenu de très loin, je me suis senti mal. Tout cela ne tient à rien. Mon passé n'a pas tenu à grand chose non plus et son souvenir n'est pas aussi puissant que ça. Après cette petite retraite outre-Atlantique, certaines choses vont naturellement bouger. Je voudrais réduire ces contrastes qui sont en moi entre passé, présent et futur. Cela est désormais à ma portée. Je voudrais sauter sans filet, me cogner et me faire mal sans trop le dire, suivre un chemin terriblement long, escarpé et sinueux mais infiniment plus excitant. Et surtout sans fil d'Ariane. Les gens qui comprennent sauront me retrouver : au détour d'un virage, on s'est déjà croisé ou on se croisera.  FIN (= apu blog)

 


bye-bye Toronto et mon blog. re-coucou mon appart et what about my future ?

Posté par macabanocanada à 07:26 PM - Commentaires [8] - Permalien [#]


en résumé

Fiou quel bordel mes amis.

Voilà j'ai retrouvé un semblant de wi-fi. Bon alors Montréal, c'était cool sauf que je suis tombé malade, 39 de fièvre et tout le bordel, les amygdales rouges vives etc. Pauvre Patrick qui a dû prendre soin de moi, j'ai honte honte honte. Et pas de SOS médecins, urgences trop chères, clinique abordable heureusement... Mes oreilles ont gelé sous -28°C aussi. Bon avec mes conneries j'ai raté mon avion (trop mal aux oreilles), j'ai passé mon 24 dans un bus Montréal-Toronto à côté d'un vieux débris qui a renversé sur mes pieds son lait chaud. Petit Noël sympa toutefois le lendemain chez Amandine et sa proprio, avant de reprendre l'avion à Pearson. Ouf, les 200 vols annulés c'était la veille (tempête rulez). Le 25, je l'ai donc passé à côté d'un poundé parfumé au curry, mes antibios et mon labello à portée de main. Le 26 au matin, tête dans le cul, je traverse tout l'aéroport Schipol d'Amsterdam pour ne pas rater ma correspondance (alors que je voudrais la rater, cette correspondance. J'ia tout mon temps moi ! lol). On m'attendait, on repasse au dégivrage des ailes, et je me dis que mes bagages n'ont sûrement pas pu aller aussi vite que moi à la correspondance. Evidemment, à Roissy, à poh mes bagages. Mais c'est pas grave, JE SUIS EN FRANCE !!! lol. Passé la cellule de crise Air France (maiiiis yapa mort d'homme madame c'est bon j'attendrai), môman est là, je suis content de la voir car j'ai senti ses larmes aux yeux quand elle a appris au téléphone que j'allais rater Noël. Je tiens comme il faut jusqu'à minuit, ce qui fera 32h sans sommeil en tout. Content d'être rentré...

Posté par macabanocanada à 07:11 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2004

C'est con, mais demain je n'appuierai plus sur le bouton 11 ! lol

Posté par macabanocanada à 06:29 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

La fin approche.

Tout se précipite. J'ai fait mes derniers achats. J'ai acheté une seconde valise. J'ai commencé à ranger. Dîner d'adieu ce soir. Ca sera ma dernière nuit à Pitman Hall. Ce soir c'est petite bouffe entre Français, tous les autres étant partis... Demain je rends les clés, je laisse mes bagages chez Amandine, et je file en bus de nuit sur Montréal. Patrick m'attendra comme il se doit pour que je finisse ma nuit au chaud.

Au programme : trouver de la chicoutai (liqueur d'airelles) alors que les SAQ sont en grève, faire du patin à glace en extérieur, cocooning et dîners chez Philippe et Patrick, profiter de ces derniers instants avec Gwen... Bref, une fin de séjour placée sous le signe de la tranquilité et de l'amitié. Je ne devrais pas pouvoir donner signe de vie d'ici le milieu de la semaine.

Je rentre sur Toronto le 21 au soir ou le 22 au matin, mon avion KLM pour Amsterdam est à 18h10 le 22. Arrivée prévue le 23 à 10h30 à Paname. A+++

 

(et un piti coucou à tous les gens qui arrivent ici en tapant dans google "photos brad pitt nu", soit une requête sur deux depuis quelques semaines... si j'avais su j'aurais pris des clichés !)

Posté par macabanocanada à 06:22 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 décembre 2004

MHR MKT FIN MGT ITM : the end

Do, do, do you know what ?

I'M ON VACATION !!!!!!

(yeepeee)

Posté par macabanocanada à 10:59 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]


A part le sapin, ça change poh !


Posté par macabanocanada à 12:30 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 décembre 2004

Mémoires d'un infirmier

Un post qui fait réfléchir...

Posté par macabanocanada à 11:53 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

Toronto City Hall

Très amusant cette petite soirée. Sons et lumières sur la place de l'Hôtel de Ville avec des danseurs improbables, un violoniste fou, une chanteuse black reprenant du Whitney, des acrobates sur trampoline ou très... tactiles et proches de leurs partenaires. La patinoire extérieure a ouverte, bref on se les pèle mais c'est animé.



Posté par macabanocanada à 11:00 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 décembre 2004

La zizanie

Alors ce post de PH m'a fait beaucoup rire ! C'est à peine exagéré, tellement vrai !

Posté par macabanocanada à 10:13 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 décembre 2004

Ocean's Twelve

Ouééé j'aime bien ces moments-là. J'avais adoré Ocean's Eleven. Je n'étais pas le seul, et d'ailleurs mon étage de résidence, le 11ème, a été rebaptisé avec le nom du film. J'avais entendu parler d'une suite, déjà sortie sur les écrans. "si si ça a l'air cool, on prend les mêmes et on recommence". Cool, une bande d'acteurs qui s'amusent, un réalisateur que j'apprécie, et le genre d'histoire qui accroche...

On arrive au ciné avec Bruno (Rainbow Cinema c'est $4.25 pour les étudiants... UGC prends-en de la graine). On se la joue en grand avec le seau de pop-corns et le giant Pepsi. Tiens, bande-annonce de "Batman Begins". Et "Ocean's Twelve", ahhh cooool enfin....

Brad Pitt je t'aime (et j'ai niqué ton fils caché !). Catherine tu es belle, Georges tu veux pas être mon popa ? Ahh ils s'amusent à jouer dans ce film et ça se sent ! Quel plaisir ! L'histoire est bien montée, un scénario digne d'une suite réussie. Les décors font plaisir à voir pour un Européen exilé : Amsterdam, Rome, un peu Paris (mais je me tais !!! je crois que le film n'est pas encore sorti en France). Vincent Cassel : ça fait bizarre de l'entendre en anglais, on sent les phrases hyper répétées pour montrer un accent fluide, mais à la finale, ça passe... Il devient crédible dans son rôle de gentleman cambrioleur. L'attitude de la salle vis-à-vis des petites remarques sur les Français me font sourire (ahhh les stéréotypes... un peu vrais quand-même). Et ZE scène qui déchire sa race et bluffe des centaines de Canadiens d'un bloc : LA scène des "random lasers" mais je me tais je me tais !! lol. Juste : faites bien attention aux mouvements de caméra à ce moment-là, c'est vraiment impressionnant. A propos des mouvements de caméra, le film est très souvent filmé en caméra subjective. Un peu à la dogme Lars Van Trier. Les dialogues de gangsters deviennent beaucoup plus naturels et réalistes, sensation extraordinaire avec des acteurs de pointe qu'on a plutôt l'habitude de voir sur des plans bien trop parfaits en apparence. Ils en deviennent humains, sisi. L'humour est constamment présent, vive le second degré (hey je me surprends à comprendre l'anglais :-s), une scène d'ANTHOLOGIE dans un hôtel romain avec des lunettes et un oreiller (uiiiiii je n'en dis pas plus !!). Bref un bon divertissement, du cinéma grand public et de grande qualité. Eleven a déchiré malgré un scénario très simple, Twelve déchire encore plus par un jeu d'acteurs plus vivant et complice et une histoire mieux élaborée. Allez-y les yeux grands ouverts !

Posté par macabanocanada à 01:55 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 décembre 2004

Vie souterraine et en hauteur (photos by Teurteul)

Eaton Center

Hall of Fame

Posté par macabanocanada à 06:19 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 décembre 2004

My gode je suis "raciste" :=S

"-Si on universalisait le comportement homosexuel, l'humanité serait condamnée à mort.
- Votre réflexion ne tient-elle pas du Café du commerce ?
- Ce n'est pas une boutade, mais une vérité ! L'homosexualité ne peut être qu'un comportement toléré, marginal et qui ne peut en aucun cas être promu ou protégé au-delà de la protection normale auquel a droit tout citoyen. L'homosexuel est quelqu'un qui se replie sur son sexe et refuse l'échange avec l'autre sexe. D'une certaine manière, il a une peur, voire une détestation, de l'autre. C'est un refus de l'altérité. Une sorte de racisme, en somme. Or, dans le projet de loi [créant la Haute autorité contre les discriminations, NDLR], au nom de l'anti-racisme, on protège une sorte de racisme, ça n'a aucun sens.
- Pour vous, les homos n'ont donc pas droit de cité ?
- Ecoutez, je suis philosophe de formation, c'est une question que je connais par cœur. L'homosexualité est un comportement culturel, acquis, de l'ordre du réflexe, sans doute acquis dans un âge précoce, mais comme tous les comportements réflexes plutôt négatifs, on peut parfaitement l'innhiber ou le rééduquer. Très rarement cela peut s'expliquer par la génétique ou la programmation naturelle. A partir de là, si on l'encourage, cela risque d'être très nocif pour la société."

Heu chui pas forcément pour la nouvelle loi, mais de là à dire qu'elle "encourage l'homosexualité"... C'est pour ça que je n'aime pas en fait : elle risque inutilement de jouer contre son but en attisant la haine de certains pour lesquels de toute façon on ne pourra pas changer les opinions et c'est comme ça. Bref, pas même les homos ne voudraient universaliser l'homosexualité, je pense qu'ils veulent juste vivre tranquilou... J'avais juste envie de reprendre ce passage de l'interview de Christian Vanneste, député UMP du Nord, mené par tf1.fr. Pas la même occasion je mets sa photo ci-dessous lol.

Posté par macabanocanada à 04:31 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 décembre 2004

Poutine

Posté par macabanocanada à 11:49 PM - Commentaires [12] - Permalien [#]

06 décembre 2004

Snow snow again

Voici quelques photos du campus sous la neige. Merci Karrel pour être ressortie les prendre, moi j'ai oublié l'appareil ce matin et cet aprém j'ai eu la flemme :)

Le Quad (près du centre sportif) :

Le bâtiment de journalisme :

Kerr Hall East building :

Victoria Street, près du Business building :

Pitman Hall, ma résidence !! (je suis au 11ème) :

Posté par macabanocanada à 11:00 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

Ranh mais c'est tout blanc !???!!!

On a fini notre projet de réseau à 3h du mat' pour le cours de networking. John et moi avons fait du bon boulot, et c'est terrible comment il m'excite avec sa casquette vissée sur le crâne, son allure naïve et légèrement "hétéro-beauf". Le pti John, j'avais très envie de faire quelque-chose avec, bon jusqu'au jour où il a mis une photo de lui et de sa nana en illustration MSN.

Bref c'est donc la tête dans le cul que je me suis réveillé à 7h20 pour aller à mon cours de 8h (et ainsi rendre fièrement ce superbe projet avec tous les pitis dessins que j'ai fait sur Visio grâce à Matt qui m'a donné accès à son feuteupeu). A 7h20, j'ouvre les rideaux, complètement largué. Manu ne voit rien. 7h40, Manu sort de la douche. Les yeux un peu plus ouverts. Et là, c'est le choc : tempêêête de neiiiige !!  :-s

Ranh j'ai peur, c'est assez violent comme précipitations. J'enfile mon manteau adéquat, je descends à la cafét' pour un croissant, et là je me rends compte que j'ai oublié les gants. Suis pas habitué moua. Je remonte je redescends blabla, je marche sur la neige vierge (tu penses à cette heure-ci le campus dort encore, ya que moi pour avoir "networking" à 8h du mat' le lundi, dernier jour officiel de cours en plus). Je reste très prudent dans ma démarche pour éviter de me ramasser. Je suis surpris par la circulation, toute fluide et pépère. Ranh zont l'habitude ici, ça va donc continuer... J'arrive avec 15 minutes de retard avec tout ça, couvert de blanc. Ici ce n'est pas grave d'être à la bourre, comme de partir quand on veut, manger son sandwich sous le nez du prof ou boire son Coca (personne ne rote en revanche, enfin pas en cours quoi). En revanche, c'est le silence absolu en cour. Et si tu parles, t'es dévisagé et tout ! Voilà pour la petite aparté.

Je sors de cours à 10h15 (ouuééé dernier cours d'info et qui finit plus tôt !). Et que vois-je ? Cette satanée neige qui tient bon, la cochonne. C'est même de pire en pire (mieux en mieux ?). Tempête encore.... Et là je me sens comme au ski : c'est le même type de neige qu'à la montagne, bien dense, épaisse, persistente. Fournie en quantité suffisante pour recouvrir le mobilier urbain tout en l'arrondissant (après avoir passé une nuit sur Visio, j'ai l'impression que le bon Dieu est en train de jouer avec la fonction "arrondi" des pinceaux). En revanche, la route se fait crade... On m'avait misen garde : ce ne sont pas les chaussures qui prennnent, mais les bas de futes !! Allez, je file en marketing pour rendre mon projet d'équipe qui pue un peu quand-même. Ras le cul des workgroups, moua :-s ! Et ci-dessous, cliché de ma vue, ce matin, après la douche (comme quoi ça m'a réveillé ces conneries, j'ai pensé à prendre une photo).

Posté par macabanocanada à 10:35 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 décembre 2004

?

Sondage trouvé sur le site étudiant de Dauphine :

Pourquoi Ronald MacDonald ne parle-t-il pas ?

A/ Il est drogué à l'hélium
B/ Cela ne fait pas partie de son contrat
C/ La parole est d'argent mais le silence est d'or

Posté par macabanocanada à 12:44 AM - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 décembre 2004

Bruschetta et premiers départs.

"T'es sûr que tu veux pas venir ?"

Bon OK. Je lache mes bouquins, direction Little Italy pour diner avec Gwen, Amandine, Mariah la Polonaise, Olivia l'Australienne, Ryan son copain de Toronto et un mec dont j'oublie malheureusement le prénom, un de ces nouveaux Canadiens issus des dernières vagues d'immigration. Le resto s'appelle le Capitol, pas grand monde, une serveuse très marrante. Conversation sympa. Vin maison qui me tourne à la tête. Olivia, très posh, est charriée (ce qui me fait beaucoup rire). Je laisse tout ce petit monde prématurément pour retourner bosser un peu. Olivia insiste pour que je prenne le tramway au lieu de rentrer à pieds. Gros hug, je ne suis pas sûr de la revoir, elle s'en va sur Montréal quelques jours avant de reprendre l'avion pour Sydney. Et hop, premier départ dans mon entourage. Ca sent le bourdon tout ça.

Posté par macabanocanada à 11:04 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

svlouplé

Pour Noël, je demande la saison 2 en DVD. Vu le mois de janvier pépère que je vais passer, ça va déchirer en quelques jours sur la 16/9. Fo que je m'achète mon ampli et mes enceintes d'abord, mais j'hésite encore entre les modèles...

Posté par macabanocanada à 01:43 AM - Commentaires [3] - Permalien [#]

AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

CA Y EST !!

J'ai fini de mater 24 :)))

Ranhlalalalalalalalala

Je vais pas dormir de la nuit moi avec tout ça. La dernière heure cté un truc de gueudin ! Et vive la fin officielle !

Posté par macabanocanada à 01:41 AM - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 décembre 2004

Du fantasme au pieu.

Il m'avait contacté sur un chat torontois. Il cherchait un gars pour lui et son copain. Proposition indécente, je clique sur le lien de son profil, je cherche la photo... Je soupire, un peu blasé, et lui réponds que ça va, j'ai reconnu Brad Pitt, et que j'attends une vraie photo. Un peu gêné, il me répondra le lendemain qu'il s'agit bien de lui avec preuves supplémentaires en pièces jointes. Je panique, je lui dis que je ne suis sûrement pas ce qu'ils recherchent. Me répond qu'ils aiment bien ma bouille, m'envoie une photo de son copain, belle gueule et corps parfait. On bascule sur MSN, je checke leur cam, ranhh mais c'est pas vrai, deux bombasses les bras autour du cou qui me font des sourires d'ange. Un premier rendez-vous qui foire quatre heures avant. Je me jure qu'on ne m'y reprendra pas. Puis les excuses, les blagues, les coucous adorables.... Ils se cassent en deux pour venir me voir deux jours plus tard. Drrinng. "We are in the lobby". Ouhlalala Manu calme-toi. L'ascenseur s'ouvre. J'en perd mon anglais. Imaginez Brad Pitt à 20 ans. Ils ont apporté un jeu de cartes. Pour modifier les règles avec moi. Les gages s'accumulent, ils sont très excités, et je me retrouve l'objet de toutes les attentions. Je monte la musique, éteins une lampe. Cela durera une heure. Une heure comme dans les rêves érotiques les plus osés. "see you soon !"  (oué alors quand vous voulez, guys). Clope au bec et adossé contre le mur, je les regarde presser le pas sous la pluie glaciale partant choper le dernier train. Je me dis qu'il ne faut pas qu'ils le ratent, allez savoir pourquoi.

Posté par macabanocanada à 09:55 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 novembre 2004

Mon coiffeur.

Ouéé c'est mon 100ème post.

Aujourd'hui, je me suis accordé une petite pause en plein "rush time". Ce dernier prend presque tout mon temps désormais, j'ai même du repousser le visionnage du dernier DVD de 24, soit quatre épisodes qui me narguent à côté de mes bouquins de cours :=S Cette pause, c'est mon coiffeur, House of Lords. En remontant Yonge Street, j'en ai déjà le sourire aux lèvres. La musique est très bonne (à la Two Many DJ's). Il y a des ballons de baudruche partout et de toutes les couleurs. Les murs sont tapissés de photos kitsch et de guitares en plastique. Les plantes sont en train de crever, le mobilier est assez ancien. Les fauteuils font très barbier du coin de la rue, il y a quelques décennies. La clientèle est bigarrée : mères au foyer, vieux homos, jeunes homos très passifs, cadres dynamiques. Mais globalement, il s'agit tout de même d'un salon dit "gay". Une sorte de Space Hair beaucoup plus décent et mixte. Quoique... Aujourd'hui, la coiffeuse à côté de moi était en fait un trans. De l'autre côté, une nana tout droit sortie de chez Toni and Guy. Et mon coiffeur : Robert. Robert aime me faire la conversation, parfois je me dis que je paie la coupe et le cours d'anglais. Il vient de Hong-Kong et aime les petits Européens apparemment... Mais il n'y a rien de tel que de se faire coiffer par quelqu'un qui en pince pour vous, car ça démultiplie son attention lol. Robert voudrait que je parte en vacances avec lui à Mexico, mais quel dommage il faut que je retourne en France (je ne fais pas beaucoup d'efforts pour trouver une excuse). Le shampoing prend place après la moitié de la coupe, ça j'aime bien. Et il y a une odeur artificiel de gel, c'est rigolo. Pour une bouchée de pain, je ressors tout content avec une coupe jamais ratée, alors vive House of Lords !

Voilà, je peux retourner dans mes bouquins.

Posté par macabanocanada à 01:01 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 novembre 2004

Alarme

L'alarme a sonné hier soir, vers minuit. GENRE J'ALLAIS DESCENDRE en plein épisode de 24. J'ai donc continué à regarder mon épisode, le son à fond. Au péril de ma vie. (épilogue : il s'agissait d'une pizza cramée dans un four, j'ai bien fait de ne pas bouger, tiens. Surtout qu'il faisait bien zéro degré dehors).

Posté par macabanocanada à 06:26 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

UVW

Alors la théorie du "U", ou la théorie du "V", comme on veut. Moi j'aurais tendance à l'appeler la théorie du "W" hein. Bref. C'est la théorie du CULTURE SHOCK comme ils disent ici. Car on a eu un cours dessus au début, tellement ils veulent nous préparer et tout.

J'ai donc appris, grâce à la directrice du bureau du Conselling, que le culture shock refers to the physical and emotional discomfort related to having to adjust to a new cultural environment. Il est causé par  les différences. Différences de langue bien-sûr, mais aussi de climat, DE NOURRITURE, de système éducatif, de VALEURS, d'habitudes, de COMMUNICATION, de passe-temps, langage du corps (??) et notion d'espace personnel (TRES IMPORTANT). Ahhh l'espace personnel. Moi j'aime bien les habitations calmes, les trucs calmes, en France il faut bien, on a pas beaucoup d'espace. Ici, la discrétion est moins importante j'ai l'impression, ça crie, ça parle très fort, ça bouge beaucoup pour raconter un événement par exemple...

Comment le culture shock se manifeste ? Ouhlala c'est très varié : devenir super timide, ne pas vouloir aller vers les autres ne serait-ce que pour demander un simple renseignement, se sentir triste, isolé, seul, dormir trop ou pas assez, trop manger ou plus assez (perte d'appétit), devenir irritable, se sentir vulnérable, se planter dans ses études, devenir tout d'un coup hyper chauvin, ne plus quitter les étudiants qui viennent du même pays, devenir homesick, déclencher des maux de tête ou des douleurs d'estomac. Je suis passé par presque toutes ces étapes je crois :) Mais elles sont restées très échantillonnées. Sauf pour le plantage d'étude, et le coup des étudiants de même nationalité, car je traîne beaucoup avec Gwen (on va souvent vers les autres mais ensemble). Mais en tout cas je n'ai jamais éprouvé le besoin d'aller chercher une oreille attentive au Conselling !! Franchement faut pas déconner...

Posté par macabanocanada à 06:10 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

AHHHHHH !!!!

Je suis complètement sur les nerfs depuis dimanche dernier. Déjà plus de 4 DVD's d'avaler, encore 11h de trucs de tarés. Oué c'est vraiment une série de tarés. Et je me demande comment ils ont fait ceux qui ont suivi ça à la TV (c'est à dire sans DVD ou sans peer to peer), en attendant une semaine entre chaque épisode !!! Quelle torture ! lol. (je ne lirai pas de commentaires avant la fin de mon visionnage, that goes without saying).

Posté par macabanocanada à 12:39 AM - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 novembre 2004

Posté par macabanocanada à 11:29 AM - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 novembre 2004

Wouh !

Vu sur plusieurs sites ces temps-ci. C'est un peu relou à faire en fait. Pfff ça craint, le résultat donne 129 et vlatipa que la barre rouge ne respecte pas les graduations des abscisses ! Mais bon 129 c'est un peu beaucoup quand-même pour un test de QI ! Ca se saurait si j'avais 129, non ? Je serais déjà ou riche, ou célèbre (ou mort).

Pour s'y mouiller

Posté par macabanocanada à 07:40 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

Posté par macabanocanada à 06:52 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

C'est mieux que celles de Robert.

Brève de chat :

LUI "(...) grâce au calendrier garoo, mon cerveau a quelques éléments pour faire une image assez fidèle, je pense :D"
 
MOI "il manque une (très) grosse partie haha"
 
LUI "(...) J'avais demandé à Garoo justement s'il avait vu les bites de ses modèles. Il m'a dit que non. Soit il ment, soit il est pas malin... en tout cas, tu as les jambes de Julia Roberts, pfiou... :)"
 

Posté par macabanocanada à 11:48 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2004

Pub du village

Posté par macabanocanada à 02:51 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2004

Quand Molson s'en mêle.

C'est tout gentil les petits commentaires laissés précédemment... Je reviendrai plus tard sur la théorie du "U".

Bon ben chui quand-même allé au HMV le lendemain, et j'en suis ressorti avec l'intégrale de la première saison de 24 (j'ai toujours attendu d'avoir tous les épisodes d'un coup pour les regarder), ainsi que la quatrième saison de South Park. J'aurais bien aimé quelques sous-titres et si possible en Français, car les voix ne sont pas boostées sur mon laptop et c'est souvent très dur de comprendre les dialogues. La vendeuse était outrée que ces deux coffrets n'intègrent pas de sous-titres avec la seconde langue nationale, je lui ai dit que ce n'était pas si grave et que je devrais m'en sortir, mais rien à faire elle était sous le choc.

Donc mon vendredi soir était tout planifié : research paper sur la rémunération des PDG à avancer (c'est très amusant d'ailleurs !), puis DVD au lit, mmm :) Mais vlatipa que Bruno me bipe sur MSN et met un certain temps à me convaincre de le rejoindre chez lui avant d'aller jouer au billard dans un bar. Forcément, avec ce que je pense actuellement des bars... Bon 24 ça sera pour une autre fois, et tant pis pour le devoir qui d'ailleurs est presque fini (saviez-vous que le PDG d'Oracle avait touché 700 millions de dollars en 2001 après la vente de ses options ?).

Je traverse Gerrard Street au bout de ma résidence et hop me voilà à Neill-Wacik. 5ème étage, suite D chambre 5. Runnie le Danois est là. Je l'aime bien le pti Runnie. Je ne l'ai pas vu depuis pas mal de temps, au début je ne le comprenais pas car il parle très vite (c'est fou comment les pays nordiques sont plus avancés que les pays latins sur l'apprentissage des langues, cela s'explique très bien mais ce n'est pas l'objet du post hehe). Et ce soir, je suis tout surpris de le piger à 80%. Un taux correct qui me permet en tout cas de donner la réplique et de prolonger les conversations. Bruno sort la chicha, je roule un peu, les bouteilles vides de bière au miel s'entassent dans le carton. Sur l'iPod, Muse, Safri, Guetta, les Daft, des conneries des années 70, Goldorak. On part au Mick E Finns, je joue pas au billard mais rigole avec Rob l'Allemand et un autre Danois dont j'ai oublié le nom (mais parfois ils ont des noms bizarres hein). Le Danois me propose d'aller au Guvernment samedi soir. Runnie me force la main pour devenir son équipier de babyfoot. Je me retrouve comme un cheveu sur la soupe au milieu de piliers de bars inconnus (la faune locale), Runnie au goal et moi en attaque. Mon Dieu je joue au babyfoot... Et bien je me démmerde pas si mal hehe. J'enchaîne les buts, mais je ne sais pas si c'est à mettre sur le compte de mon alcool qui désinhibe, celui des adversaires qui les handicape, en fait pas mal de gens sont torchés je crois. Quoi qu'il en soit, les clients du bar s'enchaînent et veulent nous défier ce soir mais personne ne parvient à nous battre. On finira un peu avant 2h sur le jeu de hockey, une sorte de babyfoot canadien avec des bonshommes jouant avec des crosses. C'est beaucoup plus rigolo car on peut se donner des coups de crosse, et le palET peut voler (il est retenu par une cloche en plastique qui prévient aussi de toute dégradation de clients trop éméchés). Les poignEEs* sont plus évoluées aussi, permettant d'effectuer des mouvements précis. Fous rires...

2h30, bon ben c'est l'heure d'une bonne pizza slice sur Yonge Street. On se fout de moi car je rigole bêtement.

3h, squat chez Bruno encore... Papotage. Mmm oui j'ai fait quelques progrès en anglais quand-même depuis août. Même si c'est vraiment mais alors vraiment pas encore ça lol.

4h, je retraverse la rue, et je pense au contraste avec la soirée précédente. Je ris au nez du gardien de Pitman qui décidément doit me prendre pour un fou, car c'est toujours le même que je croise quand j'ai un coup dans le pif. Dernière clope "en bas". Tiens, ils ont passé la tondeuse à gazon. Il fait 8°C. Ca va plutôt bien hein finalement.

*: correction post-commentaire

Posté par macabanocanada à 02:27 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 novembre 2004

Bad mood

Certains pensent que je ne fais que me plaindre. Donc certains ne supportent pas que je mette des mots sur du malaise. Je ne pense pas me plaindre en disant par exemple que ce soir j'ai pas la pêche, que je suis parti précipitamment de la soirée au Milwauky's sur Adelaïde Street. J'avais oublié mon ID, j'aurais sûrement préféré que le videur me jette d'entrée de jeu. Cette ambiance bar-se saoûler à la bière-hip hop music, je ne peux plus la supporter. C'est ainsi. Voir les garçons trouver du plaisir dans ce genre d'ambiance, c'est décevant. Voir les filles s'appréter pour sortir là, c'est ridicule. Ryerson en haut, U of T en bas, musique de station de radio de banlieue qui sature mes oreilles, la queue pour boire d'un trou une Blue ou un Breezer trop sucré, cette décoration que l'on retrouve partout, du bois sur les murs, au sol, au plafond, des fagnons Molson, des matches de foot sur les écrans... Partir m'évite justement de me plaindre. La plupart du temps je pars virtuellement, dans ma tête. J'en arrive juste à un point où je ne peux plus me forcer. Alors je me retrouve un peu seul. J'ai parcouru ces rues propres qui séparent les plus hauts buildings du downtown. Pas une personne ne m'a abordé, ce soir. Mon visage devait être fermé, aucune possibilité de me tirer un loony ou une Marlboro importée de New-York (mon petit trésor). Les écrans passent des pubs pour les trottoirs vides, les décorations de Noël scintillent déjà sur une place qui n'a aucune justification historique. J'ai failli m'arrêter chez HMV pour claquer ma tune dans des DVD's. Tellement facile. Puis je suis remonté dans ma chambre, ma bulle, qui ne parvient pas à m'isoler des cris. Je suis de plus en plus asocial et nostalgique de mon premier mois magique et insousciant. J'ai croisé Sarah dans la rue tout à l'heure. Oui on ne s'est pas vu depuis longtemps. Si tu savais que je garde d'excellents souvenirs de ces premières soirées, encore estivales, quand on n'avait pas tous ces devoirs, quand on avait plus de sous aussi. Oui il faut qu'on s'organise un truc. Si tu savais que dans ma tête, je me dis qu'il s'agira d'une tentative pour renouer avec tout ça. Et qu'il ne faudra pas la gâcher. C'est important. Je veux que mon dernier mois reprenne la saveur du premier. Je veux me plaindre comme un gamin, le jour de mon départ.

Posté par macabanocanada à 11:58 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]

Mes "sorry" préférés.

Posté par macabanocanada à 02:05 PM - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 novembre 2004

Humeur du soir.

Et un bon gros joint de locale pour finir la journée.... MMmmm....

Posté par macabanocanada à 11:23 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

En furetant...

Ce mec fait des photos. Certaines sont troublantes. J'en redemande.

Posté par macabanocanada à 02:45 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

Enquête à Pitman.

Jeudi dernier, ma voisine de couloir, d'obédiance judaïque, a retrouvé une croix gammée dessinée au marqueur sur sa porte. Scandale à Pitman. Voisine choquée, c'est la seconde fois en 3 semaines.  La veille de son anniversaire en plus. Cet après-midi, j'ai été interrogé par la police. Expérience un peu troublante de se retrouver face à des commissaires d'un autre pays. 20 minutes d'interview. Je pensais que ça ne servirait à rien, mais leurs questions étaient plutôt pertinentes. Voilà donc comment on mène une enquête ! Je suis reparti avec des cartes de visite, des mémos avec les numéros d'urgence, surtout n'hésitez pas à nous appeler etc, l'ambiance sécuritaire continue et aura marqué mon séjour qui se termine dans un gros mois maintenant...

Posté par macabanocanada à 02:21 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Where is my dildo ?

Posté par macabanocanada à 11:11 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2004

Mon ami Robby

Posté par macabanocanada à 06:31 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2004

2 minutes de silence le 11/11 à 11h.

Le coquelicot est le symbole à la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre. Son origine est aussi internationale.

Un écrivain fut le premier à établir un rapport entre le coquelicot et les champs de batailles durant les guerres napoléoniennes au début du 19e siècle. Il remarqua que les champs qui étaient nus avant le combat se couvraient de fleurs rouge-sang après la bataille.

Avant la Première Guerre mondiale peu de coquelicots poussaient en Flandres. Durant les terribles bombardements de cette guerre les terrains crayeux devinrent riches en poussière de chaux favorisant ainsi la venue des coquelicots. La guerre terminée, la chaux fut rapidement absorbée et les coquelicots disparurent à nouveau.

Le lieutenant colonel John McCrae, un médecin militaire canadien établit le même rapport entre le coquelicot et les champs de batailles et écrivit son célèbre poème "In Flanders Fields" ("Au Champ d'Honneur") durant la Première Guerre. Le coquelicot devint rapidement le symbole des soldats morts au combat.

Trois ans plus tard une américaine, Moina Michael, qui travaillait dans une cantine de la "YMCA" à New York, se mit à porter un coquelicot en mémoire des millions de soldats qui avaient donné leur vie sur les champs de bataille. En 1920 cette coutume vint à la connaissance d'une française, Madame Guérin, en visite aux États-unis. À son retour en France, elle décida de se servir de coquelicots faits à la main pour recueillir des fonds pour les enfants sans ressources des régions dévastées du pays. En novembre 1921 les premiers coquelicots ont été distribués au Canada.

Grâce aux millions de canadiens et canadiennes qui portent le coquelicot chaque année en novembre, la petite fleur n'a jamais été oubliée ni le souvenir des 117,000 canadiens qui sont morts au combat.

IN FLANDERS FIELDS

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

We are the Dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved, and now we lie
In Flanders fields.

Take up our quarrel with the foe:
To you from failing hands we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields.

John McCrae

Posté par macabanocanada à 12:48 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 novembre 2004

Posté par macabanocanada à 11:30 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 novembre 2004

Un samedi pépère.

Hier soir, la soirée a commencé chez Bruno, dans la résidence Neil-Wycik. Une petite heure de ragots, de chicha à la pomme et de mysteries (mélange bière-coca). Puis j'ai rejoint Gwen, Karrel, Olivia et Ryan en bas. On a marché jusqu'au Panorama Lounge, un bar conseillé par Max et des Torontois. On a remonté Yonge Street jusqu'à Bloor, on a pris l'ascenseur jusqu'au 51ème étage pour ce "top floor" bar au dernier étage du Manulife Centre (un centre commercial, une résidence privée, et sûrement quelques bureaux appartenant à Manulife, un géant de l'assurance). Ambiance très "posh", lumières tamisées, immennnnses baies vitrées de part et d'autre de la salle. Cover de $3, seulement pour entrer dans la place... On a un peu attendu au bar avec un premier cocktail. Puis on nous a placé à une table avec un grand canapé en velour rouge. Le menu des cocktails était impressionnant. J'ai opté pour le "Panorama": Curacao, triple sec, white cranberry juice (!). J'en ai vite repris un... A la carte, une fondue au gruyère et à l'emmenthal. Bien-sûr je craque dessus avec Karrel. Bref, un endroit très sympa qui change un peu des bars populos de Queen St.West. Un Costes mais avec une vraie bonne ambiance en quelque sorte. On finira la soirée à Pitman dans l'appart de Gwen, Nescafé "french vanilla" dégueulasse à la main, à papoter entre nous et avec sa coloc texane. Un joint et au lit.

Ah oui la vue était très sympa, de North York au lac Ontario, mais c'est bon les tours j'en ai fait le tour (hohoho).

Posté par macabanocanada à 08:04 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2004

Amen

Posté par macabanocanada à 10:11 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

Ploup

Ici je suis en week-end le jeudi à midi. Et ce jeudi, à midi, j'étais libéré des tests. Suis donc allé boire un verre avec mon directeur d'études, on a discuté des systèmes universitaires français et canadiens. Des élections américaines, aussi. Les Canadiens sont très embarassés par la victoire de Bush, celui-ci ne pouvant blairer leurs chefs politiques. En quatre ans, le premier ministre et Bush ne se sont jamais rencontrés. Pour deux pays voisins, ça craint je trouve... Les Canadiens me disent que les Américains, souvent moqueurs vis-à-vis d'eux (ce sont un peu les "Belges du coin"), sont un jaloux de leur système plus humain et en meilleur forme. Ici, il y a un vrai système de sécurité sociale, une meilleure scolarité, moins d'insécurité, des essais d'intégration des minorités qui portent leurs fruits... Bref, une petite guéguerre entre un géant qui regarde la réussite (sans prétention) de son voisin d'un mauvais oeil, et un piti qui nous fait un complexe d'infériorité. Les double expressos du Starbucks déchirent quand-même. Mais les décos de Noël du Sears me donnent la gerbe.

Dans la soirée, je me suis maté Carrie (au bal du diable), acheté ici chez HMV pour que dalle. Film un peu gnan-gnan pour un spectateur de 2004, mais la réalisation de Palma reste tout de même impressionnante. Une narration bien amenée, des plans très recherchés et des références à d'autres films de genre.

Aujourd'hui : GRÂCE MAT' ! ouééé.. Longue douche, déjeuner à la cafét' de la résidence des langues avec Gwen, et capuccino "french vanilla" au Tim Horton's. Then, shopping time, car y'a rien de mieux que de niquer son compte bancaire pour se détendre. Une lampe et un pull chez Urban Outfitter (j'y retournerai pour leurs t-shirts aux messages très bien vus). Une chemise noire à rayures chez H&M, tellement chic d'aller chez H&M ici !! Incroyable. Puis DVD du Reality Tour de Bowie chez HMV. Toutes ces belles images de Bercy, partagées avec Monsieur G, gravées sur une galette qui me procure un son d'enfer depuis que j'ai téléchargé PowerDVD (à bas WMP !).

Et voilà que je mange un cookie "maison" chocolat-noisettes-noix de pécan, en promo au Dominion. C'est très mal, j'ai du prendre 5 kilos déjà depuis que je suis arrivé... Vivement mon frigo parisien avec ses (vraies) salades dedans.

Posté par macabanocanada à 06:10 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 novembre 2004

La plus longue.

Petit coup de zoom sur Paname !

18 km d'est en ouest, 9,5 km du nord au sud, une superficie de 10 539,7 ha (y compris la Seine et les bois) pour 2 125 200 habitants, l'aglomération parisienne connaît un maillage de 5971 voies formant un réseau de communication vaste et complexe. Du point le plus bas : 30,5 m (angle rues Leblanc et Saint-Charles,15ème arrdt) au point le plus haut : 128,45 m (40, rue du Télégraphe, 20ème arrdt), la voirie s'étend marquée par une histoire et une activité sans cesse renouvelées.

 

La voie la plus...
Longue

rue de Vaugirard (6ème et 15ème)

4,36 km
Courte rue des Degrés (2ème) 5,75 m
Etroite

rue du Chat-qui-Pêche (5ème)

1,80 m
Large avenue Foch (16ème) 120 m
Pentue rue Gasnier-Guy (20ème) 17,4 %

Posté par macabanocanada à 10:34 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 novembre 2004

Ce soir, c'est match à la télé.

Dans le lounge de mon étage, la TV est branchée sur CNN. Entre deux problèmes de finance, je jète un coup d'oeil sur le site du network US. Bush a de l'avance. Rien n'est joué. Silence inhabituel dans les couloirs. Les Canadiens sont en majorité anti-Bush j'ai cru comprendre. Ca ne s'est pas super bien passé entre les US et le Canada ces dernières années, mais je ne sais pas pourquoi. Quoi qu'il en soit, après un week-end très Halloween, le masque de Bush risque d'apparaître sur les écrans après les résultats de Floride et de l'Ohio. Suspense...

Posté par macabanocanada à 10:23 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Absolution

Ce soir, j'ai vu Muse.

On arrive devant le Kool Haus. La file d'attente est longue, elle contourne tout un bloc du quartier des docks. On s'arrête devant le lac Ontario, un ami de Simon et Elodie nous fait signe et nous permet de griller quelques dizaines de mètres. On avance vite, 10 minutes après nous voici devant l'entrée de la boîte. Une sécurité à l'américaine, mais une organisation irréprochable. Pour l'équivalent de 20€, un piti concert privé de Muse devant, allez, même pas un amphi de Ryerson, on va dire entre 500 et 700 personnes.

Je me retiens pour ne pas acheter de T-shirt. C'est la première fois que je mets les pieds dans une des cinq ambiances qui forment le complexe du Guvernment, la plus grosse boîte de la ville, une sorte de Macumba version branchouille, qui a servi pour les plans larges des parties de Queer as Folk. Du métal brossé éclairé par des spots orange, une scène centrale, les gens arrivent petit à petit... Une première partie très première party (donc moyenne, avec un son saturé). Il est interdit de fumer, mais ça sent le shit. Le coin du bar est réservé aux plus de 19 ans et j'ai oublié ma "picture ID". Simon me file sa carte d'identité, le vigile me regarde bien trois bonnes secondes et me laisse passer. Je croise John, Roxanne et Mary. Ils me sautent au cou, je suis très surpris mais satisfait de ce petit effet. C'est vrai qu'on s'est pas vu depuis plusieurs week-end. John rigole, car on a un mid-term de ressources humaines demain. Il m'apprend même que j'avais sous-estimé le programme de révisions. Ca sent le séchage de Marketing demain matin pour bricoler un peu ces maudits chapitres. On rejoint le centre de l'assemblée, Muse débarque sur un Hystéria hystérique. Matt Bellamy est encore plus petit que ce que j'avais imaginé. Mais sa présence sur scène rattrape le tout. On est à même pas dix mètres... Lumière bleu électrique et rouge sang. Le public canadien est amusant : c'est un peu comme si ils s'éclataient chacun tout seul, dans leur piaule d'ado, la musique à fond. Individualistes jusqu'au bout ! Quand quelqu'un me frôle en passant devant ou derrière moi, j'entends un "sorry" qui n'existe pas en France et qui aurait fait tiquer Teurteul. Le son est beaucoup trop fort, c'est peut-être la seule ombre au tableau. Au pays où les gens sont cadrés par une loi puissante car omniprésente et très respectée, j'ai l'impression que le taux de décibels reste libre de nous niquer les tympans. Me renseignerai là-dessus. 500 spectateurs, mais autant d'applaudissements et de sifflets que dans un Zénith. Le groupe a l'air de bien s'amuser, Apocalypse Please incroyable, Bliss, Stockholm Syndrome, Time is running out... 1h30 de flashs, de cris, de sauts. C'est quand-même plus long que Franz Ferdinand aux Docks le mois passé. J'aime bien ce style de concert, plus intime, plus ephémère, comme le ferait n'importe quel groupe débutant. Sans décor géant à la Bercy, sans attente interminable avant l'arrivée des artistes, sans retour fastidieux etc etc. Petite marche à pied jusqu'au métro Union Station. Simon et Elodie direction Kipling, Karrel et moi direction Dundas. Demain, la ronde des exams continue.

I can't remember when it was good
moments of happiness in bloom
maybe I just misunderstood
all of the love we left behind
watching our flash backs intertwine
memories I will never find
inspite of whatever you become
forget that reckless thing turned on
I think our lives have just begun
I think our lives have just begun

Posté par macabanocanada à 12:55 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 octobre 2004

Montréal le retour.

De retour de Montréal...

Parti avec Maxime Vendredi matin. Ai décidé de l'accompagner la veille, sur un coup de tête. Bon un peu poussé par Max. Encore 4 échéances cette semaine, mais on improvisera, à la française. Fin de semaine québécoise et très reposante, chez Phil et Patrick. Ai raté Jean de peu, Gaby nous a invité à une Halloween Party mais on a préféré rester à papoter à l'appart. Catherine était là aussi, déjantée au possible. Trop trop content de revoir Patrick... C'té bien. Alors dans le désordre, café qui vient pas, pancakes à l'ananas, loukoums à pas d'heure, "pot", mini-citrouille, tout est fusion, les voisins s'engueulent, Ginette Laurin ou la raisonnance du double, Isaac Julien et Burtinsky, un cookie sur une assiette, 60 ans d'urbanisme, la SAQ et son Minnervois, que du noir pour sortir, le téléjournal, ego.com... C'était bon.

Posté par macabanocanada à 08:57 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Eyes Witch shout

Posté par macabanocanada à 08:55 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2004

Nuits mauves.

Entre deux révisions éclair (mid-terms rulez), un petit zoom sur les nuits canadiennes de ces derniers jours.

- Mercredi 20 octobre : soirée College Night au 5ive, avec Teurteul. Musique sympa, Teurteul les yeux écarquillés. De jolis garçons autour de nous, souvent très jeunes. Mais pas envie de m'approcher. Voir même pas envie d'eux. Pourquoi ? Heu pas chaud, bloqué par mes complexes qui reprennent le dessus (suis pas sorti dans un truc gay depuis la mi août !), l'endroit est nouveau, je préfère regarder, je me retrouve spectateur d'une ambiance particulière. Une ambiance bon enfant, souriante, dansante, sans mépris, sans matage agresseif. Trop sage sûrement. J'ai presque honte de ne pas me sentir à l'aise, mais bonne soirée. Depuis la loi du 1er juin, il est interdit de fumer dans les bars et les boîtes (comme à NYC). Il faut donc faire des allers-retours entre la terrasse qui donne sur la petite rue et l'intérieur. Inconvénient : quand ça pèlera ça ne fera pas semblant. Avantage : atmosphère bien plus agréable à l'intérieur, et on ne se sent pas sale une fois rentré.

- Jeudi 21 octobre : Max est arrivé. On passe au Crews, vide. Woody's : plus de monde déjà. C'est un peu la plaque tournante, tous les genres s'y croisent. L'équivalent de L'Open parisien (mais sûrement en 12 fois plus grand). Le coin fumeur, ici, est dans le bar, mais complètement hermétique. On se sent un peu comme dans un bocal, mais c 'est très agréable : peu de monde et très bonne ventilation. Petit show bien kitch, bière Molson etc. Après je ne me souviens plus trop. On est peut-être rentré.

- Vendredi 22 octobre : dîner à Pitman préparé par Max. Saumon, légumes, pâtes fraîches, fromage et baguette. Quand on veut, on peut... Je ne suis pas dans mes baskets, assez fatigué, c'est latent depuis plusieurs semaines de toute façon, avec Gwen on pense que c'est à cause du manque de vitamines, oligo-éléments et tout le tralala. Apparemment je suis relou à dire une fois de trop que je ne suis pas très motivé pour sortir, même si de tout façon je n'ai aucune autre alternative. Je veux bien le comprendre, même si ça ne remet pas en cause mon envie d'être avec mes potes qui ont voyagé. On passe au Crews, il y a du monde. Un mec s'avance, il m'appelle par mon prénom, se souvient que Teurteul et moi sommes Français et que je suis là à la fac... Mon dieu mais c'est qui... Ah oui le serveur de l'autre soir. Le temps de réaliser, vlatipa que j'étais déjà collé aux lèvres de son pote Jason. Ils font une tournée des bars pour l'anniversaire de Jason. Préférant largement la compagnie de Max et Teurteul (ce dernier repartant le lendemain), nous allons vers le Lüb. Fiou, petite fil d'attente. Le videur, plus jeune que nous, a un compteur dans la main. Ici, on ets strict sur la capacité de l'établissement, un départ=une entrée. Les cocktails sont très bons et servis dans des coupes style "cosmopolitan". Re-file d'attente pour monter, re-file d'attente pour atteindre la terrasse. Alors que pour un frenchy, le lieu est loin d'être bondé. On peut circuler aisément, ce qui rend la place plutôt agréable, sans oppression. Bavardage sur la terrasse avec des inconnus, une pauvre fille (enfin un mec quoi) complètement drunk et à l'ouest, un butch qui parle québécois (j'en rigole encore !) et assez thuné (merci pour le verre), un black à la Magloire qui veut m'embrasser et m'inviter aux Docks pour un défilé de mode, et un certain Robert à l'accent magique (= l'accent qui me permet de comprendre 100% d'une conversation). Je récolte poliment les numéros pour s'éclipser plus rapidement. Direction le Barn et ses trois étages... Il est déjà 2h, heure à laquelle les bières se transforment en Canada Dry (à moins de jouer d'une petite subtilité, j'y reviens dans un instant). On se paume un peu avec ces drôles de salles sans forme, le peu de lumière, les escaliers à droite, à gauche. Il se passe des trucs chelou aux toilettes. On écoute Anastasia, souvenir de Barcelone... On redescend d'un étage, et un vigile somme Maxime de se séparer de sa bouteille en verre, il est trop tard pour la montrer... Donc solution magique : transvaser le contenu alcoolisé dans un grand verre en plastique : "this is a Sprite, Okayyy ?". Okay okay, on a pigé. Une hypocrisie qui me fait pisser de rires. Il paraît que la police et la mairie sont de plus en plus relou avec le milieu de la nuit. Les autorisations de fermetures tardives se raréfient, la loi du 1er juin contre le tabac, plus d'alcool après 2h, capacité maximum des salles... A la moindre couille, c'est les patrons qui trinquent. Au moindre contrôle, il faut pouvoir justifier le nombre de personnes présentes, montrer que tous les fumeurs sont dans leur bocal, que les bouteilles d'alcool sont sous clé derrière des grillages... La soirée, nous concernant, partira en sucette pour des conneries. Ai parfois l'impression de me retrouver au milieu de deux amis complètement différents aujourd'hui. N'arrive pas à ménager les deux à la fois. Vrai ou faux, réalité ou parano, en deux secondes c'est monté, en une nuit c'est retombé. C'est peut-être une bonne chose.

- Samedi 23 octobre : dîner rapide à Pitman, puis passage au Red Planet pour retrouver un certain James avec lequel je discute sur MSN. What a surprise, une chatte en puissance. Max n'est pas du tout à l'aise, ça me fait tout drôle de le voir ainsi ! James aka "Bunny" (à cause du T-shirt) est très sociable et brise un peu la glace. On papote un peu, il nous montre son nouveau slip "Virgin" (eeek), puis Max et moi prenons le métro pour retrouver Gwen et Amandine à l'Oxigen, comme promis. Il s'agit d'une boîte straight sur Richmond Street, en plein Entertainment District. Le lieu est plutôt joli, l'ambiance un peu à chier, ce à quoi je m'étais préparé psychologiquement. La musique ? R n'B, comme partout dans ce genre d'endroit. Néanmoins je passe du bon temps, je m'amuse à remarquer qu'il doit bien y avoir 10 asiatiques pour un caucasien. On se croirait à Chinatown. Quelques bières et Smirnoff Ice, et l'ambiance est plus folle. Je ne sais pas pourquoi, Max dit à Gwen que j'ai une grosse bite, du coup je me retrouve comme un con ne voulant ni confirmer ni démentir. Frayeur au vestiaire : pour retrouver la toute nouvelle veste de Max qui contenait son passeport, il a fallu qu'il passe lui-même de l'autre côté du comptoir et qu'il vérifie les ceintres un par un pendant 10 minutes. Pour s'excuser, la fille lui a offert le ticket. C'est une éconokrok, mais c'est un geste qu'on ne verrait pas à Paris (hmm il aurait même fallu repasser en toute fin de soirée pour voir ce qui reste sur les porte-manteaux lol). Taxi direction Pitman. Gwen et Amandine vont s'empiffrer d'une pizza, Max et moi nous apprêtons à faire pareil. Avant cela, on tombe sur deux étudiants très sympa avec lesquels nous discuterons une petite demi-heure dans le froid. L'anglais sort tout seul parfois, et ça me met en confiance ce genre de situation. Echange de MSN et Max et moi partons pour le Fly... LE FLYYY ze "Queen" local paraît-il, ze place to be every saturday. Ze club qui a servi au tournage de Queer As Folk (ouioui, le Babylon, c'est le Fly :p). On arrive à 2h, pas de queue, peu de monde à l'entrée... $20 de cover... Aïe... On tente tout de même le coup... On cherche le vestiaire désespérement, pour cela on doit traverser tout le club. Un virage, et là, c'est la folie : une forte densité de garçons, excités comme des puces, torse-poils, jeunes, mignons... La musique à fond, de la house qui tue, des lumières réussies, une sorte de brouillard permanent, des escaliers, des cages, trois étages, des rideaux en velour, une lampe géante, des passerelles... On croise Bunny et ses potes, il a gobé un taz, pas si sage que ça le lapin... Ici pas de bocal, un patio. Mais cinq minutes maxi lol. Je sympathise avec un Eric, puis on retourne danser. On cherche vaguement un cachet, mais Bunny ne nous en trouve pas. On repasse dehors, Eric est là, mais au moment où l'on doit quitter les lieux (five minutes rulez), il nous dit de le suivre : feinte pour rester cinq minutes de plus. Pour cela, il faut passer devant le vigile, attendre un peu sur le trottoir et re-rentrer. Sauf que le vigile vient nous voir : Max et moi devons repayer $20 pour revenir. Pas Eric. Forcément. Celuici nous sortira une histoire improbable : "le vigile est amoureux de moi, je peux faire ce que je veux, mais là il doit être jaloux.. Chui désolé". Oué ben tu peux l'être. On attend que le vigile tourne le dos pour rentrer discretos, évidemment il le remarque et commence à nous insulter. Max est excédé et part chercher son manteau. Eric et moi arrivons à calmer le jeu, mais trop tard Max est couvert et prêt à partir. La soirée au Fly est finie pour nous, snif. J'ai beaucoup pensé à Teurteul qui aurait adoré cet endroit. Il faut que j'y retourne, c'est chaud les marrons.

Posté par macabanocanada à 04:38 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2004

Souvenirs de la coloc party.

Oh et puis rien de tel que de relire de bons souvenirs de cette soirée du 9 avril qui a ravi la majorité de nos invités je crois bien. En espérant que tout se passe nickel pour la Halloween KoloK Party le 29 octobre chez moi (mais sans moua :p).

Le guestbook est ici, avec 66 signatures.

Posté par macabanocanada à 02:42 AM - Commentaires [4] - Permalien [#]

watzeumatair

Maxime est arrivé, Teurteul est toujours là, ce soir le cours de danse a déchiré, mais ce matin je me suis planté en finance. J'ai un peu bu au Woody's, on s'est fait une pizza à 1h du mat', pas raisonnable après le repas vin-fromage de l'autre soir. Paris me manque mais qu'est-ce que je me plais ici :)) Je redoute aussi mon retour à Dauphine en février....

Posté par macabanocanada à 02:31 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2004

Surprise ! wééé (bis)

Subject : J'ARRRRRRRRIIIIIVE
 
Salut Manu,
 
Juste pour te dire que je me suis listé sur le vol du jeudi 21 et donc j'arrrrrrrrrrive!!!!!
Fait moi savoir si tu veux ke je te ramène kke chose, et laisse moi ton tel pour ke je t'appel kan j'arrive.
Biz et bon séjour à Montréal: si tu vois P. embrasse le pour moi.
 
bye
Max

Posté par macabanocanada à 01:09 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]

Jase

Le week-end à Montréal.

Jetsgo. La vue de l'avion est magnifique : érables rouges. Arrivée chez P qui nous héberge. P est un ami québécois de Max, que j'ai pu rencontrer avec Teurteul l'année dernière à Paris. Bouteille de Bordeaux pour nous accueillir, et DVD de Michel Gondry. On jase. Petite visite de quartier, poutine façon "galvaude" au Club Sandwich, arrêt au dépanneur du coin pour le coca, puis c'est le drame : un joint qui n'a l'air de rien par sa taille, mais de l'herbe presque pur, cad sans tabac. A la québécoise ? Quoi qu'il en soit, je décolle vite et bien. Petit tour à l'Unity où je suis tellement fracasse que je crois voir Mics en face de moi, puis un serveur en string et un autre en pause (alors que non il est constament en service). Puis détour par le Sky pour la fermeture (musique cool, lumières réussies) avant de faire un gros dodo de décuve. Le lendemain on retrouve Jean et son amie Gaby, une Québécoise très marrante. On jase encore. De tout et de rien. Ca fait plaisir de voir Jean, si loin de Paris qui plus est. Magasinage rue Sainte Catherine, puis balade dans la vieille ville (enfin tout est relatif). Dîner à l'Express. Puis retour à la maison, où l'on fête les 27 ans du coloc de P. House party thématisée "Urgences", déco réussie (bandelettes, rideaux verts, électrocardiogrammes etc). Les gens sont un peu fous, Teurteul a un coup de barre, moi je jase encore avec les autochtones. 4h00, on n'est plus très nombreux. 4h15, encore Teurteul (qui se réveille), le coloc et moi. 4h30, le coloc et moi.... Devinez la suite. Dimanche, début d'aprem, Teurteul et moi allons magasiner encore un peu, puis promenade au Mont Royal malgré le temps de chiotte. Retour appart, on jase. Puis c'est l'heure de partir. Alors on part. Un peu tristounets car ces deux jours ont été tout remplis par la chaleur et l'hospitalité québécoise. Pas de tourisme traditionnel, plus une immersion dans "la vraie vie des amis". Après une semaine de tests, je me suis bien reposé. Arrivée @home après navette avion et navette, il doit être minuit.

Posté par macabanocanada à 12:47 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2004

Queue québécoise.

Posté par macabanocanada à 11:54 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

Une vacancelle à Montréal.

Week-end ma foi très écoeurant, peu dispendieux, avec pot et put enchaîné, magasinage etc. On va pas jaser trois heures, on est correct, et retour sans congestion.

Posté par macabanocanada à 12:05 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 octobre 2004

Alleluïa !

OUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!

TEURTEUL EST ARRIVEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!

(avec du vin rouge hihi)

Posté par macabanocanada à 06:05 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2004

Métro.

Posté par macabanocanada à 11:52 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2004

10 octobre, et pas encore de manteaux..

Passé l'après-midi sur mon devoir de finance. IL MANQUE DES DONNEES CRUCIALES dans leur énoncé, ou plutôt celui-ci n'est pas assez rigoureux. Les interprétations peuvent être multiples selon les quelques différents critères manquants que je suis bien obligé d'inventer. Je descends me fumer une clope vers 21h, je croise une fille qui me sourit toujours dans le hall, elle est avec quelques amis. Apparemment ils cherchent à rameuter du monde dans un appart pour une petite fête organisée. Entre solitaires de thanksgiving. Suis pas du tout motivé, mais aucune excuse, en anglais qui plus est, me vient à la bouche. C'est contraint et forcé que je les suis, me répétant que je ne devrais en avoir rien à faire de ma "bonne image sociale" et leur balancer que je préfère être alone. Moué mais bon, c'était quand-même sympa, j'ai encore appris un jeu de pochetron (assez évolué pour une fois). Puis je me suis laissé entraîné dans une discussion très sexe. Interesting... C'est une fois de plus la consternation quand les filles apprennent que je suis gay. Alors à tous mes potes hétéros qui veulent pécho, venez au Canada : un accent pourrave et c'est dans la poche. Et j'ai croisé cette fille, jamais vue auparavant, qui est plus âgée que moi (sisi !) et qui vient d'Ecosse. Tous ces Ecossais que je croise me donnent de plus en plus envie de venir les visiter. On a beaucoup discuté et cela m'a mis de bonne humeur. Ah et puis cette conne prépubère qui est venue nous interrompre : "ohh exchange students !! incredible !! blabla" et s'adressant à l'Ecossaise : "oh your english is pretty good !!" J'étais mort de rires. "obviously.. it's my native language". Et s'enfonçant encore plus, elle nous demande si on rentre chez nous pour Thanksgiving.. Mais bien-sûr :) On se téléporte gratos de nos jours ! Elle s'est définitivement vexée quand on s'est mis à imiter l'accent canadien. Ralala il nous en faut peu pour être heureux. Demain je revois maman qui débarque sur Toron'o. Kwel.

Posté par macabanocanada à 02:04 AM - Commentaires [9] - Permalien [#]

10 octobre 2004

Humeur insousciante.

Ne pas se réveiller pour prendre le bus avec les autres. Attendre une semaine supplémentaire pour revoir Montréal. Dire "see you" aux résidents qui s'en vont pour ce week-end de thanksgiving. Rester seul à mon étage. Prendre de l'avance sur ses cours pour mieux profiter de ses proches dans les prochains jours. Prendre le temps d'une douche ultra longue. Se couper les ongles, s'épiler, rester sous le jet brûlant. Manger des Petits Ecoliers de Lu. Ecouter les mp3's de Rent. Accepter une invitation à dîner dans la résidence d'à côté avec les quelques Français qui sont également là. Boire du rouge d'Italie. Déguster des frites "maison", s'empiffrer de steak hallal, de pancakes à la glace vanille-caramel et au sirop d'érable. Rencontrer un Canadien et discuter de ses habitudes. Finir la soirée en petit comité avec une bière Molson et de l'Absolut au citron. Se laisser masser, pendant une heure. Parler plus "perso", fumer notre butin de Marlboro à la fenêtre, ne pas regarder l'heure, se dire que c'est quand même le pied... Faire le tour du quartier avant de retrouver sa chambre. Tomber sur des gens des Bermudes. S'arrêter avec eux pour repousser le moment où la lumière s'éteindra, garder des souvenirs et des sourires, respirer à plein poumon sous ce temps incroyable, à cette heure tardive. Partager l'ascenseur avec une drôle de fille, écrire ces quelques lignes en écoutant Safri Duo.

No day but today.

Posté par macabanocanada à 03:08 AM - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 octobre 2004

Illustrations.

Toronto

Grand Central Station

Central Park

Ground Zero

South Port

A&F store

Wall Street

Stock Exchange

Nederlander Theater

Broadway Theater

Empire State Building

Downtown

Chrysler Tower sur la droite

I like it.

Ca se voit non ?

Times Square

Posté par macabanocanada à 11:28 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 octobre 2004

Mangez des (grosses) pommes.

J'arrive bien deux heures trente en avance. Je fais la queue, je demande des miles sur mon vol Delta, et je prends la file d'attente de l'immigration US qui se situe à l'aéroport Pearson de Toronto... Je n'ai pas de stylo pour remplir mes formulaires, alors je taxe deux américaines qui devinent de suite ma nationalité (tout le monde reconnaît l'accent français de toute façon). plus d'une heure après, je passe devant l'agent de sécurité. Très grave erreur, j'ai rempli la case "address" avec mon adresse en France, alors qu'on attendait de moi mon adresse à New York City. OK, je reprends un formulaire. NO, je ne refais pas la queue, hors de question. Je chope deux nouveaux formulaires, et rebelotte. Cette fois-ci, je ne trouve qu'un vulgaire crayon papier (OK je l'ai cherché...). Je grille tout le monde, je repasse devant l'agent : pas de paper pen s'il vous plaît. J'essaie sur un autre agent, même réponse. Je file acheter un stylo à bille au duty free. Je rechope des formulaires. Et rerebelotte. Je grille tout le monde, l'agent me dit pas de paper pen. Je reste zen, j'ai mis en boule les bons formulaires au lieu de jeter les mauvais. Alors je "déboule" mes feuilles cartonnées, j'essaie de les lisser, et les donne à l'agent un peu interloqué. Ouf, ça passe. OK, je fixe la caméra. OK, je donne mes empruntes digitales. Sorry, j'ai bougé les doigts, on recommence. Yes, je suis Français, j'étudie au Canada, et je vais voir ma mère suisse aux Etats-Unis... Puis c'est au tour des chaussures, de la ceinture, etc etc... Je cours, l'avion est sensé partir dans 3 minutes. Evidemment, il faut prendre un bus pour monter dans l'avion qui se situe à l'autre bout de l'aéroport. Pleeaaase help me, OK je cours dans le bus qui a déjà fermé ses portes, à la descente un agent Delta a l'air de m'attendre, yes je vais à NYC, dépêchez-vous. J'entends mon nom dans les hauts-parleurs du terminal. Je file ma carte d'embarquement, je cours sur le tarmac, je monte l'escalier, les passagers m'attendent. Je me fais tout petit, mais je suis soulagé : c'est partiiiii !!!

Arrivée à JFK une heure plus tard. Pas de bagages, je file direct à la navette, vite rejoint par une américaine qui revient de Turquie, en attente d'un autre vol à la Guardia. On papote beaucoup, et je suis agréablement surpris de la comprendre parfaitement (et de me faire comprendre sans difficultés). Ce détail non sans importance se renouvelera avec tous mes autres contacts ici : alors, accent US plus audible ou accent canadien pourrave ? Le bus nous dépose à Grand Central Station. Soit. J'en profite pour rentrer dedans, car j'ai quand-même une affiche en noir et blanc de la gare au dessus de mon lit parisien. Ca me fait tout drôle, je mouille en pensant que je suis en train de réaliser l'un de mes rêves... Je vais dans le subway à la recherche d'un plan pour retomber sur mes pattes. L'hôtel est au coin "8th avenue - 48th street". J'y suis en un quart d'heure à pieds. En passant par Broadway et Times Square (webcam ici). Je ne réalise toujours pas... Première sensation : je suis bien. On sent l'effervescence des habitants, tout le monde parle, mais je ne perçois pas la jungle urbaine à laquelle je m'attendais. Ca bouge de partout, les voitures klaxonnent, les piétons traversent au rouge (pas comme à Toronto !), mais c'est peut-être ce que j'aime, finalement. Ici, on a l'impression d'être important, d'être un peu au centre du monde. Ces buildings me rassurent et me protègent. Et toutes ces lumières m'écarquillent des yeux d'enfant. Je dépose mes affaires à l'hôtel, puis je file me promener. Sauf que dans le hall, je tombe sur un flyer pour Rent, une comédie musicale déjà vue à Londres. Une des rares qui m'a fait pleurer. Arghhh je retiens l'adresse, 42nd street, je fonce, j'arrive au guichet du théâtre, ouiiii il reste quelques places (chose rarissime à Londres). Il est 7:30, ça commence à 8:00, j'ai trente minutes pour diner. Facilité oblige, je me rends au MacDo du coin, sur Broadway. OK même junk food, mais décor spectaculaire. Tiens, et frites ultra longues. Rent commence un peu en retard, Drew Lachey, une star de MTV apparemment, a repris le rôle principal il n'y a pas si longtemps. Il est boooo je suis amoureux. Je pleure au même endroit que la première fois, mais pas autant que ma voisine. Je suis à NYC je n'en reviens pas. Fatigué et gavé d'émotions, je décide de me balader avant de rentrer et au lieu de sortir en boîte. Je zappe sur les chaînes de TV (je n'ai pas regardé la TV depuis fin juillet ! lol). Je tombe sur The Apprentice, la real TV de Donald Trump pour apprendre à devenir un businessman. Je m'endors dans les sirènes des voitures de police qui résonnent au loin. Je suis dans le film...

Lever de bonne heure, pour commencer par un gros muffin et une longue balade dans Central Park. J'y rentre par Columbus Circle et sa tour Warner. Les joggers sont très nombreux, j'assiste à un cours géant de karaté, je me perds dans des petits sentiers, entouré par les écureuils. Je repense au film Léon. Ma journée se poursuivra à Ground Zero, blessure béante chargée en émotion. Puis rives de Hudson River, South Port (ET LA BOUTIQUE ABERCROMBIIIE et ses vendeurs avec lesquels j'ai pu papoté un peu hehehehe). Wall Street, Canal Street et ses boutiques, je fais chauffer ma Visa (bouuhh). Je passe devant Chinatown et Little Italy, puis je traverse Greenwich Village, avec une pensée pour Sale Bête. Exténué, je reprends le subway et m'arrête 42nd street pour finir à pieds. Me repose à l'hôtel, le téléphone sonne vers 6:30. Maman est en bas avec X, son boyfriend. A peine le temps de se poser, nous voilà partis sur en direction de Times Square, où S (fils de X) et sa femme nous attendent, cinq places pour Bombay Dreams dans les mains. Une autre comédie musicale que j'ai déjà vu à Londres, mais elle fait partie de celles que je peux revoir avec un plaisir immense. Idéal pour maman qui assiste à sa première musical. Un wrap rapide au deli's du coin, et le spectacle commence... Toujours le même effet bluffant avec ces jets d'eau sur scène, ces danses tout droit venues d'Inde, ces torses musclés des danseurs sexys (ouii je suis en manque lol). Gros dodo. Oui maman, tu es à New York. On est à New York. On en parle depuis des années. On l'a fait.

Réveil vers 8:00, départ pour l'Empire State Building dans une ville étrangement calme : on est dimanche matin. Une heure d'attente pour monter au 89ème étage. Je bombarde les tours, mais de photos. Je suis à NYC. En bas de la tour, nous retrouvons S et nous prenons le bac pour Staten Island. Ce qui nous permet de passer devant la Statue de la Liberté, et de voir Manhattan de plus loin. Puis taxi jaune, un saut à l'hôtel, et navette pour JFK : mon week-end magique est fini. La file d'attente est longue, je mets au point un stratagème qui, étrangement va marcher. Je me retrouve en zone duty free au bout de dix minutes seulement... J'utilise mes derniers US$ au Starbucks, puis révision de cours dans l'avion. Arrivée à Toronto. Il fait froid. La navette me dépose Gerrard Street, je prends un Jumbo hot-dog, je pose mon sac et je redécore ma piaule avec les prospectus/plaque d'immatriculation/plans et autres tickets que j'ai rapporté.

Je suis allé à New York. Mais je n'ai qu'un simple aperçu.

(et je retournerai à New York)

Posté par macabanocanada à 10:03 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]

Amazing Manhattan

Posté par macabanocanada à 12:10 AM - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 octobre 2004

Course contre les mails

Hier, j'ai rendu un torchon en fin de labo de Finance. Un peu énervé, je me susi détendu toute l'après-midi au soleil. Puis sport au "RAC" (Ryerson Athletics Center) et enfin cours de danse latine. On sort de tout ça vers 21h30, puis dîner à la cafétéria de la résidence, papotage et configuration de PC. Je rentre dans ma chambre vers minuit, et là oh surprise, un mail de Aude la coloc qui me transmet un message de Séb le coloc avec mes nouveaux identifiants pour accéder au serveur mail de Lecentre. ENFIN. J'étais sans mails depuis bientôt deux semaines sans trop savoir pourquoi (apparemment une panne, un changement de machine, et des vacances de coloc entre temps lol). Il est donc passé minuit quand je lis tous mes mails en attente. Et vlatipa que la Grande Directrice des Echanges Internationaux de Dauphine essaie de me joindre depuis une dizaine de jours ! Oui, la dame qui préside toutes les réunions, celle qui décroche les contrats d'échange, cette prof tant estimée et respectée au sein de la fac. De passage à Toronto suite à des visites en Ontario (invitée par le consulat), elle souhaite me rencontrer pour "discuter de mon séjour et voir ensemble les points positifs et négatifs de notre accord avec Ryerson". Puis mail de mon directeur d'études ici : "Mrs P. is here in town and I will be having lunch with her this coming Friday. Will you join us for coffee at 1:30?". Houlala mais moi je dois partir à New York en tout début d'après-midi !!! J'ai mailé/téléphoné où j'ai pu, ouf elle me rappelle en matinée, je chope un taxi, on a 30 minutes pour discuter, je suis tout content de raconter mon début d'expérience à la chef des échanges qui prend des notes et qui me posent beaucoup de questions. J'apprends que les échanges vers l'Ontario vont s'intensifier, ce qui est une bonne chose. Je glisse aussi que mes cours n'avaient pas été enregistrés avant mon arrivée, que je suis le seul Français avec autant de matières, etc etc.

Je rentre en vitesse, il fait super beau, je reçois un coup de fil du fils du copain de ma maman qui est à New-York, il me donne quelques tips, je n'ai plus qu'à préparer mon petit sac...

A lundi :)

Posté par macabanocanada à 11:01 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2004

Mon Dominion

Ce soir, petite razzia au Dominion (les "obsédés de la fraîcheur"). Le Dominion, c'est un peu comme le Monop' : hyper cher. Mais on y trouve une large gamme de produits. C'est un peu mieux que le Monop' en fait, car c'est ouvert 7j/7 et surtout, 24h/24. Ce qui veut dire que si tu veux de la junk food à quatre heures du mat' en rentrant de boîte, ton Dominion est là rien que pour toi et ta mauvaise conscience, avec tous ses rayons déserts et ses gros éclairages inutiles. Enfin pas si désert que ça, j'ai déjà croisé des gens (surtout des vieux) qui faisaient leur gros plein de courses, en plein milieu de la nuit. Forcément c'est plus tranquille, et je me dis que si tous les vieux de mon Monop' pouvaient ne pas faire leurs courses à l'heure de pointe pour acheter leur steak du soir et le coeur de palmier qui manque à leur salade, les caisses "moins de dix articles" avanceraient tout de même plus rapidement. Mon Dominion il me propose aussi des étalages incroyables de produits frais. Avec des jets rafraîchissants qui jaillissent toutes les minutes du haut vers le bas, ce qui m'a déjà fait sursauter plus d'une fois. Les fruits sont un peu trop parfaits à mon Dominion, où alors je me suis habitué aux fruits un peu trop pourraves de mon Monop'. Au Dominion, comme partout ailleurs dans le pays, les bacs de glace peuvent être recyclés en seaux tellement ils sont gros. Les paquets de chips et de tortillas sont XXXXL et le jus d'orange s'achète en jerricans de 5L. Côté clientèle, c'est comme à mon Monop' : des zomos partout ! Ca mate dans les allées... Parfois ils se tiennent la main devant le rayon des produits vaisselle.  Sinon j'ai pu trouver du brie au poivre (8$ !!) et une pseudo 'french baguette" (un pain Eurest encore plus allongé pour en imiter la forme). Merci mon Dominion, c'était déjà pas mal...

Posté par macabanocanada à 11:44 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Shotgun presentation.

"Select a product you are passionate about. You have 90 seconds to present – if you are late you get 0.  You should be organized in the hallway waiting to come in the room.  You will come in one by one and only the presenter and evaluators will be in the room at any given time.  You will be evaluated as follows: 33% - presentation of self, 33% - presentation ability (oral), 34% - ability to convince us to read your business plan."

 

Le Manu il était tout paniqué. Il a choisi son eau de cologne Thierry Mugler, format "voyage". Il a stressé juste avant, il est passé, il n'a pas eu assez de temps pour dire tout ce qu'il voulait dire, mais il pense avoir lu la satisfaction des jurés sur leurs visages. Merci Gwen qui m'a pas mal aidé à préparer mon speech....

 

Certains jours je me dis que je n'ai pas choisi la facilité cette fois-ci....

Posté par macabanocanada à 11:38 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 septembre 2004

Wonderbar !

Après une soirée langue de putes, me suis couché un peu absoluteasé. Réveil difficile pour être pret à partir à 9h pétantes. Cinq Français à la conquête de Wonderland... Métro, bus, 10h30 nous arrivons. Et enchaînons les attractions les plus spectaculaires, comme le Top Gun (jambes dans le vide, loopings et vrilles).

Puis le Psyclone : un bras qui tourne et qui se balance.

Ensuite le Dropzone, on te monte sur plusieurs dizaines de mètres pour te jeter comme un rat mort.

Le Cliffhanger, un classique mais j'adore. La descente sur les jets d'eau me fait toujours autant marrer.

Puis le Jetscream, une version élaborée du célèbre bâteau pirate. La navette, elle, a le droit de tourner complètement sur elle-même.

Puis le parcours dans les bouées, une vraie catastrophe ! On est ressorti trempés alors que la nuit tombait. Vite, on est parti se sécher au Mighty Canadian Minebuster. La plus grande montagne russe en bois du Canada. D'un autre côté, il ne doit pas y en avoir des centaines. Mais déjà plus imposante que celle de Montréal (parc Laronde). J'adooore le bruit des lattes qui craquent.

Bon sinon j'ai essayé de gagner un Bob l'éponge géant en peluche, mais j'ai pas su taper assez fort avec mon marteau. Pff.

 

Posté par macabanocanada à 10:21 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2004

Ce sont des assistés !!! Incroyable. Il faut leur mâcher tout le boulot en cours. Cela conforte mon opinion sur leur manque de responsabilité.

Hier j'ai fait deux cauchemars. D'abord, Jean et Teurteul qui sont là (nan ça c'est cool :p). On va à une soirée, je ne sais pas pourquoi il faut longer un flanc de montagne en voiture (sic), on arrive vers un château, on nous attendait... La fête est cool je crois, enfin ce dont je me rappelle surtout c'est que Jean et moi nous approchons du rebord d'une fenêtre pour prendre l'air, Jean s'asseoit dessus.... et tombe. Je ne vois tomber et s'écraser (pauvre Jean !!). J'avais déjà fait un rêve un peu similaire avec un autre pote, c'était du haut de mon immeuble, il y a une dizaine d'années. Bref me suis réveillé en pleurs, car j'étais à fond dedans... Me suis vite rendormi, et cette fois-ci je me retrouve dans ma piaule... infestée de cafards tout partout !! Et vazi qu'ils me grimpent dessus, que je crie, que je cours dans le couloir... Inutile de préciser que je suis arrivé en Finance la tête dans le cul. J'ai fait et rendu l'exercice noté et me suis barré pour un après-midi glandage.

Hier c'était aussi mon premier cours officiel de danse latine. On est 4 mecs et 5 nanas, un petit groupe c'est toujours mieux pour ce genre d'exercice. La prof me fixe profondément, c'est assez destabilisant. Mais je prends mon pied à danser avec elle, Gwen et Amandine. Les tapis roulants de la salle de sports sont beaucoup mieux ici. J'ai l'impression de courir sur un nuage. Et bonne surprise, les écouteurs de mon iPod tiennent plutôt bien pendant l'effort.

Youpiii demain on se fait une virée 100% française à Wonderland :)) Avec les derniers rollercoasters à la mode. Ca va gerber de la pizza du haut des attractions.

Posté par macabanocanada à 04:32 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 septembre 2004

Hot dogs du coin de la rue.

Posté par macabanocanada à 04:41 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bientôt NYC

Mon week-end à New York approche. Mon hôtel est réservé. Je cherche des endroits cool où sortir, il y a hx.com mais bon suis un peu perdu. Si vous connaissez des endroits cool pour faire la fête, merci de m'en parler !

Posté par macabanocanada à 12:31 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 septembre 2004

Provided by ResNet.

Une mise à jour de mon iPod s'imposait. J'ouvre iTunes, je fais mes manips, et là j'aperçois sur le côté de nouvelles bibliothèques... Non, je n'hallucine pas, tous les clients de ResNet, notre fournisseur d'accès, peuvent partager leur musique. Je vais voir dans "my network places", je peux même rentrer tout connement dans les dossiers partagés. Enfin bon le plus utile est de disposer des listes de mp3's de mes voisins. Hier nous n'étions que trois, ce matin quatre et ce soir six. L'un a commencé à renommer sa liste avec son numéro de chambre, j'ai suivi, et ce petit standard improvisé s'applique désormais à tous. Suis en train d'écouter London Calling grâce à "Megan", 12ème étage, suite numéro 6.

Posté par macabanocanada à 12:45 AM - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 septembre 2004

Et ça continue...

Au loin, j'entends la sirène d'une voiture de police. J'imagine la Chevrolet en train de clignoter de partout, comme dans un jeu vidéo. Un message est apparu sur le billboard des ascenseurs de la résidence : les cours de self-defense commençent mardi à 19h. No comment...

Posté par macabanocanada à 10:49 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 septembre 2004

Titadadadaaa Tidadaaa (c'est la chanson que j'écoute en boucle)

POueeet.

- 5x2 : j'ai beaucoup aimé. Sûrement le fait de me dire que ce film assez cru et violent était diffusé dans une salle remplie d'Américains. La scène de fin de dîner est fantastique, j'ai réussi à trouver la musique sur la mule et je l'écoute en boucle depuis deux jours. La première scène, ainsi que le principe de la mise en scène m'ont vaguement rappelé Irréversible.

- Soirée cool hier. Before au Primerose Hostel (un Best Western, et ça se voit). J'ai pu visionner mon show dans la machine séchante, je suis plus que déchiré sur la vidéo c'est affolant. Les autres sont partis en boîte, Bruno et moi n'avions pas envie. On a retrouvé ses flatmates et on a fait un jeu débile avec des chiffres et des mots, bref le but était, bien-sûr de boire, encore une fois. Puis papotage. Je suis rentré à Pitman (moué, une minute à pieds ça va..), ai croisé Maya (ma voisine de chambrée), on s'est enfin mis à discuter un peu sérieusement. Israël lui manque. Puis Gwen est passé devant nous, la soirée en boîte puait du cul (ouf). Papotage. Fumage. Je suis redescendu un peu plus tard pour un gros pét, et comme à chaque fois, je pense à Max par association d'idées, puis à tous mes potes, à mon appart et ses soirées improvisées, les délires avec Aude, les purs bouffes qu'on se prépare, et plus spécialement à la toute dernière, la veille de mon départ. J'ai encore le goût du magret au vinaigre sur ma langue, les petits champignons de Paris revenus à la poêle. Heureux d'être là, heureux de retrouver Paname dans quelques mois. Je m'endors avec "Sparring Partner" de Paolo Conté (please prenez-là sur le net !).

Posté par macabanocanada à 06:32 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 septembre 2004

Triple Black. MMMMmmmm.....

Posté par macabanocanada à 07:59 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Boîtes à nouvelles.

Posté par macabanocanada à 07:49 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2004

Vrac

Petits frissons le soir. La météo annonce une première chute des températures pour la prochaine semaine. Et je me rends compte que je ne reverrai pas cette ville sous de beaux jours avant trèèès trèèès longtemps. Mon iPod joue Lola en boucle, et je repense à Barcelone. J'ai bien dû prendre 2 kilos depuis que je suis là. Va falloir que je me remette sérieusement au sport et que j'arrête les Chips Ahoy! au beurre de cacahuète. Ce soir, c'est le week-end. Soirée prévue dans le Intertainment District ce soir, avec une collègue canadienne de Gwen et amis. Demain, soirée "international students" au Venue. Sûrement un club qui pue mais pas grave, on se saoùulera sûrement la gueule tous ensemble. Le constat est un peu le même pour tous ces temps-ci : il n'est pas si facile de s'intégrer auprès des autochtones. C'est bien pour cela que je me force à suivre des Canadiens ce soir... Dans deux semaines je suis à New-York pour la première fois de ma vie, avec hôtel en plein Time Square. Mais ce qui m'inquiète, c'est qu'il va falloir prendre de l'avance dans le boulot... Viens de renvoyer mon contrat d'études à Dauphine ainsi qu'une attestation de présence pour (peut-être ??) toucher une bourse. Deviens le roi des démarches administratives. Ai pris mon ticket pour le film d'Ozon au box-office. J'espère qu'il vaut le coup... Hier, suis allé au cours d'essai de danse latine, un peu influencé par Gwen, Amandine, Olivia, Sarah etc. A mon grand étonnement, je n'étais pas le seul mec, et je me suis bien amusé. Crois que vais m'inscrire lol... Avais cet air de merengue dans la tête toute la soirée. Ma mère a réservé sa chambre d'hôtel avec son boyfriend, ils séjournent au Days Inn, à la lisière du "village"... Hum je n'ai pas osé lui dire...

Posté par macabanocanada à 02:12 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 septembre 2004

TIFF

Posté par macabanocanada à 03:07 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quand-même je kiffe leurs bagels (avec une cheese cream genre Vache-qui-rit).

J'en ai marre de la GST et de la PST, aucun étranger ne s'y fait et c'est toujours la surprise à la caisse.

Aime bien le système des "tips", on peut payer l'employer au mérite, du barman au taxi en passant par le coiffeur. On tipe pour un rien ici.

Les ascenseurs ont des cabines très allongées, anti-claustrophobie assurée !

J'adore qu'on m'appelle "man" à la fin d'une phrase. Ca fait "cool".

Demain, le théâtre de Ryerson diffuse le dernier Ozon, "5x2", à l'occasion du "Toronto International Film Festival". Chic. (eek 16$!)

Ais pris le café (enfin... suis allé au Starbucks quoi) avec mon directeur d'études, vraiment adorable avec moi. Il m'a dit que j'avais fait quelques progrès, ce compliment arrive au bon moment je crois... Puis je lui ai demandé de me parler de la perception des Québecois et de la politique canadienne (wah chui sérieux).

Hier j'ai crisé après mon 1er cours de management, pensant qu'il s'agissait d'une UV de contrôle de gestion. Or j'ai interdiction de faire du contrôle de gestion ailleurs qu'à Dauphine lol. Panique, le dernier délai pour "dropper" les cours étant aujourd'hui-même. Gwen m'a aidé à parcourir tout mon bouquin et finalement il s'agit plus de stratégie que de contrôle. Ouf.

Viens d'acheter un survêtement et un T-shirt "Ryerson University". Pour me la péter quand je rentrerai en France. :pp

Hier encore, ai été invité à une "Rosh ha-shana" party, une fête juive pendant laquelle on mange des pommes trempées dans du miel. Et vlatipa que juste après, me suis rendu compte que j'avais fermé la porte de ma chambre avec la carte à trous de l'autre côté... Il m'en a coûté 5 DOLLARS pour me sauver. Il n'y a pas de petits profits ici. Tiens de toute façon, mon premier chapitre de finance précise bien que si nous ne sommes pas à l'aise avec l'idée selon laquelle il n'existe qu'un seul objectif, celui de faire monter le prix de l'action, il ne faut JAMAIS oublier que c'est grâce aux gentils actionnaires que les employés ont un job. Alors de quoi se plaint-on ?? Je préfère mon cours d'info sur les réseaux, c'est plus funky, surtout quand le prof évoque Kazaa et demande combien d'étudiants font du P2P (cela me rappelle que chez Free, j'avais interdiction de citer Kazaa ou la mule, publicité déguisée oblige).

Posté par macabanocanada à 02:51 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 septembre 2004

Pour une Université toujours plus sûre...

Nouvelle newsletter reçue à l'instant :

Fire drills across the campus are scheduled for the week beginning Monday, September 27 and ending Friday, October 1. The following buildings have been scheduled for Monday, September 27:

PRO    Projects Office -- 112 Bond St.
BND    Unassigned -- In Use -- 114 Bond St.
CPF    Campus Planning & Facilities/Security -- 111 Bond St.
OKF    O'Keefe House -- 137 Bond St.
OAK    Oakham House -- 63 Gould St.
GER    111 Gerrard St. E.
COP    Co-operative Education & Internship -- 101 Gerrard St. E.
PIT    Pitman Hall - 160 Mutual St.
BKS    Bookstore/Parking Garage - 17 Gould St.

The rest of the buildings will be scheduled between Tuesday, September 28 and Friday, October 1. The fire drills (required for all buildings) will likely happen between 9 a.m. and 3 p.m., with no night drills currently planned.

This is a friendly reminder to all staff, faculty, students, visitors and contractors that even though these alarms are fire drills, everyone is required to leave the building/area when the alarm goes off. The purpose of the fire drills is to test the entire Fire Response System, which includes the evacuation of buildings -- this is a legal requirement.

As part of the fire drills, we request that the Fire Wardens fill out an Evacuation Response Form.  This form can be downloaded from:
http://www.ryerson.ca/cehsm/pdf/evac_observation.pdf

We appreciate your co-operation with the inconvenience that the fire drills may cause.

Please note: it is imperative that you advise us if any of these dates conflict with any critical activity in your area. If so, send an email by noon on Wednesday, September 22 to Margie Hutchinson at /blablabla/


All requests must be made in writing to our office.  A response will be provided to the individual within 48 hours. Otherwise, it will be assumed that there is no conflict and these dates will be confirmed to the Fire Department.

Thank you for your attention to this important notice.

Catherine Drum
Environmental Health & Safety Officer
Centre for Environmental Health & Safety Management

M'en fout lundi 27 chui en cours.

Posté par macabanocanada à 12:35 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cette douce fumée sous le ciel de "Toron'no"

Pfff je suis triste, sans trop savoir pourquoi. Je viens de diner avec Gwen, ça fait du bien de parler français. Dans ma chambre, je bûche sur ma finance, puis décide de m'en rouler un avant le dodo. Je m'assieds sur mon rocher fétiche dans le petit parc, je tâte mes poches, quel couillon j'ai oublié mon lighter à l'étage. Ce lighter gris clair qu'un serveur du Costes de la Madeleine m'a offert dans le métro (une histoire que je devrais d'ailleurs coucher sur le papier virtuel). Ce soir, il y avait match de hockey, des groupes d'étudiants rejoignent la résidence, un peu éméchés, criant comme des brutes et mangeant des bananes. Je m'adresse à la seule fumeuse de la zone, une fille assise sur un banc, toute seule, l'air pensif. Je retrouve mon rocher, puis la fille s'approche et me demande si elle peut rester à côté. "Nicole" ne connaît pas grand monde ici, elle ne partage pas leurs trips. You're frennch blabla, my father comes from Québec but I don't speak french. Elle aussi est plus âgée qu'eux, elle aussi est un peu homesick, ses montagnes de Calgary lui manquent. Elle a beaucoup voyagé et revient de Thaïlande. On parle beaucoup, je sors mon joint, elle parvient à me comprendre par je ne sais quel miracle (pourtant je lui sors mon anglais des grands soirs, dont moi seul ait le secret). On se raconte les belles images qui sont dans nos têtes. Il fait bon dehors, "Toron'no" (comme ils disent) vit jour et nuit, c'est agréable de regarder les voitures, les passants, la tour CN et les étoiles. Ca faisait plusieurs jours que je n'avais pas eu cette joie de rencontrer quelqu'un. Ce soir, "nice to see you" et "see you.." sont sortis avec la pensée qui accompagne ces expressions trop courantes.

Posté par macabanocanada à 01:12 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2004

Paranoïd Androïd

Je crois que c'est mon cours de RH qui me sape le moral. La prof est trop politiquement correct, ça me donne envie de gerber. De toute façon aujourd'hui j'étais effrayé, impossible de sortir un seul mot lors de notre étude de cas. Je perds confiance en moi...

Et voilà que je reçois la dernière news-letter de la fac sur ma boîte estudiantine. Extrait :

At around 2:10 a.m. on Friday, September 10, Ryerson's Security Service received a report of a suspicious male approaching female students in the residence courtyard near Church and Gould Sts. This suspect was handing out stickers with his name and phone numbers, and reportedly telling female students he was a personal trainer recruiting clients. Ryerson's Security Service has investigated and is as yet unable to confirm the legitimacy of the suspect's business. This person is still under investigation by Ryerson Security.

Community members are advised to avoid traveling alone in remote areas or after dark.  Ryerson's Walk Safe program operates 24 hours and can be reached at 416-979-5040.  Community members are further advised not to meet with, or go anywhere with this suspect, and not to give out any personal information to this suspect or any other person unknown to them.

The suspect is described as:

Male
Dark complexion
Short stubbly hair (almost shaved)
6' to 6'2"
Muscular build
Neatly dressed with a beige jacket, blue jeans, and black shoes

Suspect was driving a green, four-door Chrysler Cirrus LXI

Any community member with information about this suspect is asked to call Ryerson Security. Community members are also asked to call Ryerson's Security Service immediately if this suspect or the car is seen on campus, or if any other suspicious person approaches them.
 

Si ça continue comme ça, une fois rentré je n'oserai même plus mettre un pied dans ma rue plutôt très animée !

Posté par macabanocanada à 06:41 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2004

On a frisé la guerre.

Little Italy, samedi soir. On s'arrête au LCBO faire le plein. Le taxi est en transe, l'équipe de foot canadienne vient de remporter un match. Concorde Avenue. Paisibles maisons. Ce soir on va foutre le bordel.

Grosse soirée-pendaison de crémaillère à la coloc d'Andy. La maison est superbe, avec une petite terrasse en bois (quand je pense que d'ici un mois elle sera couverte de neige). Gros délires bien-sûr, cela devient commun. Amusant, cette Néo-zélandaise qui ne voulait pas croire que j'étais Français (heureusement j'avais mon passeport). Troublant, cet "incident diplomatique" qui a bien failli mal tourné : Bruno et moi avons demandé à Andy où étaient les bières, dans le frigo bien-sûr, on se sert, on les entame, puis une Canadienne vient nous ENGUEULER car on avait touché à SES bières. Incroyable mais vrai, on ne partage pas ici, chacun apporte SA boisson (wah genre je vais me boire toute ma vodka et tout mon kahlua tout seul !!!). Pire, on raconte l'histoire en plaisantant aux autres Français, et une nana nous dit en anglais que c'est très drôle car elle nous comprend, elle comprend surtout qu'on se fout de la gueule de sa meilleure amie gnagna.

Posté par macabanocanada à 10:51 PM - Commentaires [6] - Permalien [#]

Tom#1

J'ai reçu par mail quelques photos de la soirée aux Docks...

 

Posté par macabanocanada à 10:50 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

La vue du patio des Docks sur le Downtown.

Posté par macabanocanada à 10:40 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2004

Ryersac's 47th annual parade et burger party.

Je reviens de la Parade annuelle de mon université. C'est une tradition : le premier vendredi qui suit chaque rentrée, on se retrouve au coeur du campus pour ensuite défiler dans la ville et finir sur une grande pelouse avec barbecues, concerts, stands promotionnels (évidemment). On a l'autorisation de sécher les cours (pas la peine pour moi, je suis en week-end le jeudi à midi ;p). C'était marrant, on aurait dit une mini gaypride, car il y a BEAUCOUP de pédés dans ma fac (à cause des sections "fashion", "design", et "communication", assez recherchées à Ryerson). Les voitures klaxonnaient, ça criait, ambiance bon enfant sur laquelle je ne crache pas.

Hier soir, c'était "dietetic veggie party" chez Jaqueline (Texanne, mais habite Calgary), flatmate de Gwen. Mine de rien c'était très bon (surtout avec un tas de diet mayonnaise) et ça redonne un peu de moral. Puis petit tour des soirées privées à Pitman (ma résidence). Good-bye party pour le départ d'un pote de pote. Puis direction un pub sur Yonge Street qui a réservé un étage pour les étudiants de ma fac. J'ai retrouvé Tom (celui de Londres) et sa "proximité des gestes". Rahh les huges des hétéros, j'adore :-O Bon délire sur "Shut up", et chose rare je finis sur le podium. Papotage avec un Montréalais aussi. Clope et dodo (avec mes Marlboros de Barcelone, je suis le roi ici, car on ne trouve pas cette marque du Klu-Klux-Klan ici). Note pour Teurteul : raboule plusieurs cartouches quand tu viens, on peut se faire des couilles en or au black.

Posté par macabanocanada à 05:07 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

Chris from New-Zealand (no comment...)

Posté par macabanocanada à 05:06 PM - Commentaires [8] - Permalien [#]

Parade : Yonge Street

Posté par macabanocanada à 05:05 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Parade : Front Street

Posté par macabanocanada à 05:05 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Arrivée sur "the weed"

Posté par macabanocanada à 05:04 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2004

1er gros cafard

Hier c'était la rentrée. Bonnes surprises : j'ai compris ce que disaient les profs, l'ambiance est studieuse (car ils ont payé cher ! lol), le système éducatif est performant, moderne et bien rodé. CD-ROM's, tableaux noirs électroniques, disponibilité des profs et des assistants, etc... Pfiou c'est tellement différent qu'à Dauphine. Suis un peu paumé. Suis dans le flou. Je ne sais pas ce qu'on attend de moi exactement. C'est excitant et énervant (et fatigant).

A 19h30, on a eu une n-ième réunion sur la sécurité. Et là je n'en peux plus. C'est une véritable obsession... Je crois que je ne me sens pas libre dans ce pays. Il y a trop de surveillance, trop de conseils, trop de trucs pas bien à ne pas faire. Fumer c'est mal, boire c'est mal, attention au GHB, attention aux inconnus/SDF/ivres/gays (sisi !) qui vous suivent. Cellules de crises, de "harassment", de mal de vivre, tout est prévu, pris en charge. Les profs nous le disent : vu les trop nombreuses origines/cultures, on doit rester dans un cadre simplifié (simpliste !), sans heurs, sans franchise, sans faux pas, sans piment. Attention aux réflexions, elles peuvent nous amener très loin. Bienvenu dans un monde aseptisé, de sa bouffe à son éducation en passant par son métro, ses rues, ses chambres truffées de détecteurs etc.

Hier soir, c'était donc une humeur "homesick".

Posté par macabanocanada à 11:45 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 septembre 2004

C'est la rentrée !

Posté par macabanocanada à 06:47 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chinatown

Posté par macabanocanada à 12:42 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2004

Les soirées s'enchaînent. A "My Apartment", le tri s'est fait tout seul : out les moins de 19 ans, vos fausses cartes d'identité ne marchent pas ce soir. Bonne ambiance dans ce bar-boîte réputé bon marché. Encore une fois, me fais engueuler car je ne fume pas au bon endroit. Je ne comprends pas trop les délimitations de leurs zones, ce n'est pas toujours très logique. L'Allemand Robbi s'occupe de me charger la main avec une bière dès qu'elle se retrouve sans rien. Je saoûle tout le monde avec le beau Tom de Manchester qui est trooop /censuré/. Mariah (Danemark) et Clare (Irlande) veulent me trouver quelqu'un. Fous-rires. Je crois qu'on rentre en taxi. Puis ça va vite :

- Absolut Vanilla dans le "lounge" de mon étage.

- Moi qui rentre complètement dans la machine séchante (porte fermée).

- Virée au supermarché ouvert 24h/24, Andy qui passe par dessus le présentoir de la pâtisserie pour se servir, crise de rires, tête de la caissière, gâteau d'anniversaire à la crème avec ballons en plastique.

- Dodo et gueule de bois magistrale.

Je ressors mes Doliprane le lendemain, je file au Burger King avec Bruno, cela fait bien 10 ans que je ne suis pas allé au Burger King (depuis leur fermeture en France quoi). Je redécouvre le bonheur d'un Whopper... On achète de quoi faire des pancakes le soir-même chez Gwen. On se fera presque engueulé par la coloc de cette dernière, une Canadienne très à cheval sur l'équilibre alimentaire. Après je veux aller au 5ive, tout seul, pour "tâter" le terrain. Et voilà que je me laisse convaincre pour les accompagner au Pearl Lounge, une boîte qui se revélera complètement pourrie (ouééé Kriss Kross). Je deviens insuportable mais je ne parviens pas à me contrôler. C'est plus fort que moi, le lieu me donne des boutons, cela m'est déjà arrivé à Paris, dans ce genre de cas il faut que je trace ma route au plus vite. Finalement, les autres me suivent, on partage le cab, et on finit dans ma piaule avec une bouteille de whisky. Chris débarque (New-Zealand), il essaie de serrer la petite Olivia (from Sydney) qui était déjà très triste de quitter le Pearl Lounge, mais qui semble être un peu prude. Matt arrive, c'est un Canadien visiblement gay et un peu trop collant. Peu importe, on discute tous assez longtemps, tout en se gavant de Pringles (connaissez-vous les Pringles au ketchup ??)

Aujourd'hui, c'est Labour Day. Pas très envie de sortir, tout doit être fermé je pense. Et demain c'est le premier jour de cours. Je n'ai pas envie de reprendre, le trac se fait sentir... Teurteul a ses billets d'avion (un A340 en plus ;p), j'ai hâte de lui montrer là où je vis ce semestre...

Posté par macabanocanada à 01:38 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 septembre 2004

Après ma sieste qui m'a permis de me remettre de tout ça, Jared est venu me chercher. On a squatté dans son appart au bout du couloir, c'était séance habillage et coiffure en vue de la big party du soir : une des plus grosses boîtes de Toronto, les Docks, réservée pour l'université. J'ai réussi à me procurer une entrée gratuite auprès de Catherine, la responsable d'étage. Je pars acheter de l'Absolut au LCBO (revendeur d'alcool). Pièce d'identité, etc. Me revoilà, d'autres rapportent du rhum, on commence l'apéro. Les gens débarquent, petit à petit, dans ce grand appart du bout du couloir. J'incruste Andy, Bruno, Gwen, Amandine, Silk et son boyfriend, etc... Le courant passe bien entre tout le monde et malgré les différences d'âge assez élevées. A 10h, nous prenons l'un des nombreux "bus school" afretés pour l'occasion. La boîte est à l'entrée du downtown, au port. Ambiance à la rigolade durant le trajet. Une fois arrivés, il s'agit de passer la sécurité, et ça ne plaisante pas. On me place un bracelet bleu au poignet, ce qui veut dire que je peux passer les contrôles pour accéder à l'espace bar... La salle est géante, les lumières terribles, la musique sympa. A peine arrivés, un mec m'enlace devant tous les gens de mon étage. L'affiche. Je m'eclipse au coin des majeurs pour entamer la descente. On n'est pas très nombreux de ce côté, on peut respirer, prendre l'air sur une terrasse géante et admirer la vue sur les tours illuminées (tout en repoussant les mosquitos). Andy number two, un londonien cette fois, n'arrête pas de nous payer des tournées de "straight vodka" (only 6$). Amandine est déchaînée, les Suédois assurent... On va prendre l'air, on rencontre une Torontoise qui veut me présenter son frère qui est top-model (mais ils sont tarés ici !!). C'est à ce moment que mon téléphone sonne, Michael sort de la Salvation à Barcelone et me passe le coucou. Je suis trop content. Il est 6h pour lui, minuit pour moi. On retrouve les teenagers dans la grande salle, Shapeshifters, Daft Punk, Franz Ferdinand. La salle se vide déjà, il n'est qu'1h30. Je sors de là avec Gwen et Bruno, on prend un hotdog avant de remonter dans un school-bus. Fumette et dodo.

Il fallait se lever ce matin pour un "walking tour" de la ville que tout le monde a déjà commencé à parcourir dans tous les sens. Nous déjeunons à 24 au Bar Italia du quartier "Little Italy". Et nous programmons... Encore une sortie ce soir, à My Apartment. Rendez-vous pour la before chez Chris, le Néo-zélandais, encore une fois au bout du couloir de Pitman Hall.... Va falloir que je fasse une sieste bordel.

Posté par macabanocanada à 05:08 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

La main au feu. (presque celle de Dieu tellement elle est respectée).

Posté par macabanocanada à 05:07 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le coin des bars et des boîtes.

Posté par macabanocanada à 05:06 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une façade, Kensington Market.

Posté par macabanocanada à 05:05 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 septembre 2004

Suis allé au sport avec Bruno hier. La salle est spacieuse. J'aime beaucoup cette piste de running supsendue, qui encercle deux terrains de basket et la salle de muscu. Petite pensée pour Teurteul et Matt (mes compagnons de souffrance !) sur le stepper. Juste après le sport, barbecue party avec tous les autres étudiants étrangers. Un moment attendu, c'était la première réunion officielle. Wah on est nombreux :) Les asiats ne se mélangent pas trop, les mexicains foutent le bordel, les allemands sont nombreux mais discrets, et les Français se remarquent, il suffit d'être attentif aux discussions pour entendre des "Ohhh ! Frannnce !" ou (plus prisés) des "OooOOooohhh PariiIIiiisss". Je ne pensais pas que ma ville avait une telle aura de par le monde, de Hong-Kong au Chili, en passant par l'Inde et même la Nouvelle-Zélande. A les écouter, tout le monde voudrait habiter Paris. Incrédibeule. Le barbecue s'est terminé pour moi dans un bar, avec une vingtaine d'étrangers, grâce à Andy, l'homme de la situation dès qu'il s'agit d'organiser un truc. Je m'amuse à tourner autour des tables, avec mon anglais de chiotte lol. On finit à six ou huit vers 11h30, un peu torched tout de même. Une nana (un peu déséquilibrée) m'accoste et me parle de son grand-père canadien mort sur nos plages, et me demande comment peut-on être amis avec les Allemands. Wah. Je file à la résidence, ce n'est pas tout mais le lendemain is mon "orientation day", dès 10h, pour découvrir les habitudes de l'université. La porte de l'ascenseur s'ouvre à mon étage et ça commence : "OhhHHhh EmmmMMMmanueeel!!!", "Parlez-vouuus françaiiis ?", "come on, there is a party !! pleaaaase". OK OK j'arrive. Me retrouve dans un mini-appart au bout du couloir, avec la musique à fond, de la vodka partout, des jeunes qui chantent, qui crient, qui dansent, etc. M'amuse bien, tout le monde vient se présenter. Puis dans la conversation, Christina me dit qu'elle a un contact pour de la weed. On part donc en chercher,à l'étage du dessous, juste à ce moment-là je croise Jared, un Canadien de 18 ans à mon avis sensible.... A l'étage du dessous, re-teuf, dans un appart similaire. Représentation, et shopping. On remonte dans ma chambre pour rouler, j'ai un message de Jared sur ma porte : "Oh you have Medulla. I would like to listen it !! my extension is #..". Coool. On redescend pour fumer, mon "dealer" nous rejoint, il est fier de dealer avec un frenchy (lol), on rigole bien, on remonte à la 1ère teuf et je recroise Jared. On gagne du temps, il me propose de me montrer des photos blabla je dis oui, puis on fait nos petites affaires. Il est 3h30, oh my god I need to sleep. Je redescends, et entends ma voisine (Maya) qui essaie de rentrer silencieusement avec Marcelo (une Colombienne trèèès mimi). Je les effraie en ouvrant la porte, re-blabla, et me voilà couché à 4h, levé à 9h par Gwen avec qui je devais aller à la journée d'orientation. Et ce sont surtout les Allemands qui se sont foutus de mes yeux tout rouges... :-S

Posté par macabanocanada à 06:43 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 septembre 2004

Les petits mots s'enchaînent sur le tableau blanc de ma porte d'entrée : "Sur le pont d'Avignon, on y danse on y danse...", "Vive la Révolution !", etc... Bonne ambiance, même s'ils sont bien trop jeunes (entre 18 et 20 ans). C'est ainsi : la plus jolie des résidences est réservée aux "first year" et aux "exchange students". J'ai accueilli Bruno, un autre Français (de l'Essec). Plus que ça, je l'ai hébergé deux nuits et lui ai montré un peu la ville. Ma conclusion, au bout de ces deux journées, est la suivante : un étudiant d'une école de commerce ne SAIT PAS se débrouiller tout seul, c'est flagrant face à mouaa from university.

Les petites soirées avec notre petit groupe d'étrangers s'enchaînent et je sens que je progresse en compréhension. Gwen nous a rejoint (from Paris). Côté cours, ça y est j'ai ma carte d'étudiant, appelée "One Card". C'est elle qui me permet de bouffer et de photocopier sur le campus. J'ai presque réglé tous mes problèmes d'emploi du temps. J'ai mon jeudi après-midi et mon vendredi "off", et j'ai feinté en passant en cours du soir pour le management qui était complet en journée. Pour l'info, j'ai finalement pris un truc bidon sur les réseaux, les cours de bases de données étant complets eux aussi. Il ne me manque plus qu'un aval de Dauphine. Cette année j'essuie les plâtres de cet échange entre ma fac et Ryerson. J'ai déjà une petite liste d'améliorations et de commentaires....

Ai goûté le Minute Maid Cranberry (bof), les "Swiss Cheese" de Nabisco (trop bon), les pitas de Pitapit, le café crémeux du Bulldog (mais rien à voir avec les Bulldog hollandais, on leur a posé la question des dizaines de fois ;p). Me suis inscrit au sport, dans la salle de l'université.

Posté par macabanocanada à 08:00 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

Bulletin board

Posté par macabanocanada à 08:00 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

Yonge Street

Posté par macabanocanada à 07:48 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 août 2004

911

Oui je suis toujours vivant :)

Apres mon passage au cybercafe, je suis rentre au taudis, et je m'y attendais : personne dans la chambre. Mon colocataire d'infortune a surement decline l'offre en voyant la chambre, il n'y a que moi pour accepter ca. Donc une nuit sans clim dans la chaleur humide de Toronto, une douche dans une "washroom" improbable, je passe sur les details grotesques. J'arrive un peu sur les rotules a Pitman Hall. L'accueil est extra, a l'americaine. Je rencontre ma chef d'etage et mon assistant d'etage (celui qu'on peut aller voir si on a un probleme dans ses cours ou avec ses roommates). Je suis au 11eme etage, dans une chambre sympa, et contrairement a ce que j'avais imagine, les autres sont naturellement venus vers moi pour faire connaissance. Pas un mal : je suis le seul "etranger". J'attends d'avoir mon "ResNet" (connexion haut-debit de la residence) pour etaler les details dont je souhaite me souvenir. J'ai d'ailleurs eu un mal fou a trouver le bureau, dans un sous-sol paume du campus. Mais cela devrait etre active ce soir...

En attendant, je voudrais faire une remarque sur le rapport entre les Canadiens (les Americains en general ?) et la securite. Le speech d'accueil de mon etage m'a surpris sur beaucoup de points, mais la securite "on campus" m'a fait halluciner. Un detecteur de chaleur dans la piaule, + un detecteur de fumee, une identification dans l'accueil, un fichage de tous les visiteurs, une milice sur le campus, l'obligation de denoncer tout comportement suspect, le devoir de demander aux etrangers s'ils sont bien invites, et de quel etudiant ils dependent.... Le campus est truffe de bornes "emergency", chaque telephone public donne un acces au service prive de securite du campus... Et un service qui marche du tonnerre : par exemple tu rentres de soiree, tu t'approches du campus (genre a un bloc ou deux), et tu trouves qu'il fait trop noir ou qu'il y a des gens bizarres qui rodent sur un banc. No problem, tu appelles le bon service et un vigile vient t'escorter sur ton chemin de retour, et ce jusqu'a ta chambre. Hier j'ai vu un taxi equipe d'un systeme anti-agression : un gros autocollant sur lequel est dessine un voyant orange clignotant : si vous voyez cette alarme, "please call 911". Et une discussion avec un ami d'Amandine vivant ici : "- Est-ce que ca craint de trainer sur les bords du lac Ontario le soir ? - Pas trop, et de toute facon tu fais le nine one one !" Donc voila, j'ai l'impression d'etre dans un pays tres securitaire, avec des actes dits de protection qui me semblent aller parfois, hein, seulement parfois mais c'est deja trop) a l'encontre de la liberte individuelle. Et cela parait tout a fait normal. Rien qu'un simple detecteur de chaleur peut m'empecher d'allumer une bougie, rien qu'une demarche rapide dans ma residence peut attirer un vigile, etc etc. Oui, c'est plutot une bonne chose, mais a quel prix doit-on regagner un peu de securite... Et est-ce pour cela qu'on dit de Toronto qu'il s'agit de l'une des villes les plus sures au monde ?? Petite desillusion....

Posté par macabanocanada à 02:59 PM - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 août 2004

Pour patienter.

En sortant du cyber tout a l'heure, je suis tombe sur Amandine, furieuse apres avoir du se deloguer sans pouvoir se reloguer, suite a un bug dans le meme etablissement. Nous nous sommes allonges sur la pelouse de Allan's Park, jusqua ce qu'un clodo vienne se branler devant elle. Nous sommes donc alle dans un endroit plus tranquille, le "quad" de l'universite, cad une grande pelouse qui prend un bloc d'immeubles a lui tout seul. On a beaucoup parle, c'etait tres prive quand j'y repense. Bref les moucherons ont gagne, on s'est eclipse chez elle. Amandine loue une chambre chez une dame tres sympathique. C'est plutot cool d'avoir acces a cette maison, l'ambiance est feutree et propice a la discussion, encore. Je m'en vais vers 10h30, soit 7h de blabla avec la miss. Cela m'a permis de passer le temps avant de rentrer dans mon TAUDIS. Allez, encore 20 minutes de connexion et je dois m'y resoudre : la nuit va etre courte dans cette chambre effrayante.

Posté par macabanocanada à 11:24 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

SOS SOS SOS SOS SOS SOS SOS SOS SOS.......................

AU SECOUUUURS !!!

Je vis un cauchemar !!

J'ai quitte ma piaule de la New College Residence de l'Universite de Toronto, contraint et force par la rentree etudiante. Et me voila en transit au Budget Hostel, un boui-boui INFAME tout delabre, comme dans les pires scenes des films americains. C'est crade, moche, chui sur que je vais croiser des cafards et pire, le rital mafioso de l'"accueil" m'a mis dans une chambre partagee : tout est complet sur Toronto ce samedi (pour moins de 150 dollars s'entend). Alors OK je ne paie que 25 loonies, mais putain ca craint. J'ai peur pour mes affaires, je viens de me souvenir que j'avais un cadenas, il va falloir que j'y retourne pour tout boucler sur mon sac. Vivement demain. Ahhhh..... Et ces putains de claviers qwerty du cyber. FUCK OFF.

Posté par macabanocanada à 01:38 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 août 2004

Construction d'une tour.

Posté par macabanocanada à 06:30 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2004

Solitude passagère.

Finalement pas de 5ive. Vais lire le journal, commencer mon bouquin et dodo. C'est chiant de ressortir, tout seul qui plus est. Vivement que je prenne possession de ma chambre à Pitman Hall, je serai à 3 minutes à pieds de ce fameux "village". Je stresse un peu, j'espère tomber sur des room-mates sympa. Je n'ose imaginer des brutes, criant, rotant, etc. ET ça fait chier de trouver un logement pour une nuit, de samedi à dimanche. Alors je repense au mail de J. Ca fait chaud au coeur. Brrr allez à ++.

Posté par macabanocanada à 10:38 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

Jeudi 26 août

Encore une journée cool :

Rendez-vous avec le directeur. Trooop serviable. (peut-être gay au final...). Une jolie caisse. Un bureau rempli de bouquins de micro et macroéco (eeekk). Il est OK avec ma liste de cours, c'est Dauphine qui va être content. Apparemment, je n'aurai pas trop de difficultés m'a-t-il assuré. Je m'exprime mieux que pas mal de ses étudiants. Car j'ai beau être le SEUL "exchange student" dans son département, une bonne moitié des inscrits ne sont au Canada que depuis 2-3 ans. De toute façon, j'ai choisi des cours dans la "Business School", qui ne dépend pas de lui. Ouf. Il m'invite aussi à suivre son cours à lui, "The Economics of Human Behaviour", soit une vision économique du mariage, divorce, suicide, sexe, crime, dépendances etc. Promis je n'irai pas qu'à la séance consacrée au sexe.

La serveuse du Starbucks m'a vexé car elle ne comprenait absolument rien à ma commande. Pourtant ce n'était vraiment pas compliqué !!!! En tout cas, les "white chocolate cookies" sont à mourir.

Vu Clare, puis Andy, au Eaton Center. 'Tain je suis plus réactif que la première fois (mais un peu fatigué, j'ai préféré les laisser en partant le premier). Andy a des trucs trop cool sur son iPod, on va pouvoir faire des échanges de mp3's comme des gamins. Sur les conseils du directeur, j'ai acheté "The Da Vinci Code" de Dan Brown. C'est vrai que ça  a l'air pas mal, vais pouvoir m'entraîner à la lecture dans mon lit.

Vais me reposer un peu, envie de sortir ce soir dans le "village". J'ai cru comprendre que la boîte le "5ive" valait le coup, dès minuit.

Demain, tourisme avec Clare, Amandine et Andy. Il faut aussi que je trouve un logement pour la nuit de samedi à dimanche, transition entre mes deux campus. Et dois passer au bureau des relations internationales pour faire coucou aux nouveaux assistants de la chef.

Posté par macabanocanada à 08:12 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

Chiottes

Posté par macabanocanada à 08:12 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2004

La pose

Mon iPod, sur mon jean du jour "coupe décontractée/jambe évasée", accompagné d'un Doritos vert (goût guacamole). CF le dernier post.

Posté par macabanocanada à 08:37 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mon trip à la CN Tower - le récit - et +

Je me suis rendu compte tout à l'heure que depuis que je suis arrivé, je n'ai pas mangé UN SEUL truc équilibré. Il s'agissait de corriger le tir, me suis donc arrêté au supermarché en rentrant vers la piaule. J'ai acheté de grosses fraises (mais tellement grosses et régulières que je les soupçonne de contenir plein de graisses par transformation de leur génôme). Bon OK j'ai aussi pris des tartelettes aux framboises "Kellogg's" et une bouteille de "Sprite" aux myrtilles.

Bon comme les photos l'attestent, j'ai joué au touriste hier, mais sans le short et surtout sans le bourrelet qui dépasse du T-shirt (enfin pas encore). J'ai choisi la pire heure il me semble, en début d'après-midi. Car pour 21 dollars, ça craint de faire UNE HEURE de queue pour prendre l'ascenseur de la tour. Quoique... Une fois dans cet ascenseur, on est bien content d'avoir attendu avec ces bandes annonces toutes niaises : "La tour CN est notre merveille du monde" (lol). Plus de 350m en une quarantaine de secondes, ça dépote. Une fois en haut, la vue est (on s'en doute) imprenable. Ce qui frappe, c'est d'être au-dessus des plus hautes tours de la ville. On trouve un peu plus loin le "glass floor", assez impressionnant je dois dire. Moi qui n'ai pas le vertige, j'ai dû m'y prendre à deux fois et lire les panneaux avant de mettre les deux pieds dessus : ces plaques de plexiglas supportent 5 fois la charge minimum requise par les normes des centres commerciaux (ce qui leur donne la possibilité de supporter le poids de plusieurs énormes pachydermes mais je ne sais plus combien, et pour devancer le commentaire de Pingui : NAN je ne suis pas encore un pachyderme !).

La redescente me fait un peu mal aux oreilles, j'aurais beaucoup aimé la faire par les escaliers mais cela n'était pas possible. Je rentre au campus mais juste avant, je m'arrête à l'Apple Store au coin de ma rue et je craque sur un iPod Mini. Ouééé j'ai enfin de la musique dans mes oreilles :) Il est quand-même tout mimi aussi...

7h : je dois retrouver Andy devant sa résidence. Mais comme un idiot j'ai oublié de regarder sur une carte avant de partir, et bien que j'arrive désormais à me repérer grossièrement dans la ville, je ne parviens pas à retrouver le lieu de rendez-vous. Après quelques coups de fil, on s'aperçoit enfin... Donc Andy est un "exchange student" lui aussi. Il vient d'Edimburgh et a déjà passé un an à Manchester. Il est accompagné de Clare, une Irlandaise partie à Edimburgh l'année dernière (oué j'ai pas tout suivi du premier coup moi non plus). On s'est donc tous retrouvés grâce à la mailing-list des étudiants étrangers, mise en place par la coordinatrice qui assure niveau organisation. Andy, qui est sur place depuis 10 jours, nous emmène dans un petit restau italien qui fait des pâtes à en crever !! C'est tout mignon leurs efforts pour parler lentement.... Je me concentre, j'arrive à comprendre les questions et les exclamations, parfois avec un peu de retard (genre au moment où je m'apprête à dire que je bite que dalle, j'ai un éclair qui m'illumine en me répétant le mot bizarre dans ma tête). Puis nous passons à la résidence d'Andy, tout près de la fac. On discute un peu avec ses room-mates, Dunni et une Québécoise pas franchement coopérative. Nous montons sur la terrasse, au 23ème étage. Une vue magnifique nous attend !! Toronto by night, les tours illuminées devant nous, et cet appareil photo qui est resté dans la piaule.... On reste assez silencieux, bloqués sur la vue. Et Andy de dire : "Here we are... Enjoy your semester my friends".

Je rentre à pieds, sors une cigarette. Ici je fume deux cigarettes par jour. Cela vient de l'envie de me conformer aux autres... Je n'ai pas encore vu beaucoup de jeunes la clope au bec, j'ai l'impression que ce n'est pas super bien vu, beaucoup d'endroits sont non-fumeurs, peu de mégots jonchants le sol et des paquets hors de prix. M'arrête chez le dépanneur pour une bouteille d'eau et un paquet de cookies (ouiii les "Chunks Ahoy !" de Nabisco).

Ce matin, je décide de m'acheter mon jean (et d'en finir ainsi avec mes dépenses INDISPENSABLES, sisi). Maxime me conseille sur MSN de jeter un oeil "Queen Street West". J'y vais donc un peu à l'aveugle, je retrouve la rue assez facilement, et remonte les numéros. Les boutiques sont très chouettes, typiques, mais pas de frippes. Seulement des disquaires, des vendeurs de meubles design ou d'occaz (très 70's : et le fauteuil en grille métallique à 90 dollars !). Je repère aussi un coiffeur qui a l'air très marrant : "Bizarre Hair". Encore une fois, mon appareil photo me fait défaut. Je reviens sur mes pas, et prends la rue dans l'autre sens : je trouve enfin mes boutiques, pas trop de frippes mais des boutiques "trendy". Je suis dans le "Fashion District", c'est écrit sur les panneaux des rues. Je trouve mon bonheur grâce à une vendeuse à l'anglais le plus rapide du monde.

Je passe ensuite à Ryerson pour voir si mon directeur d'études est présent : il vient de me laisser un message sur mon répondeur. Je me perds dans les locaux, même s'il s'agit d'une petite université, tout est relatif !! Je trouve le bureau, au 7ème étage d'un n-ième bâtiment. Personne. Lui laisse un nouveau message sur sa "voicemail" et appelle Amandine, une Nantaise arrivée il y a peu (merci la mailing-list encore..). "-Tu veux qu'on aille boire un verre ? -Oui oui, maintenant ? -Heu OK tu es où ? -J'ai trouvé un logement chez l'habitant à 199, Mutual Street. -OK ben là je suis au 180 lol." Je monte dans sa chambre, la maison est typique, Amandine est jolie et très sympa. On monte sur Carlton Street pour boire un verre dans un restau thématisé dans les oeufs : "Eggstacsy". On fait connaissance, c'est agréable de parler français même si je sens que c'est mal. Mon cell-phone sonne, c'est le directeur qui me propose de passer maintenant avec mon "amie". On s'exécute, Amandine est amusée, même s'il ne s'agit pas de son directeur à elle.

Le type ets vraiment adorable avec nous. On discute beaucoup (enfin surtout lui). Il me dit qu'il fera tout pour que ça se passe bien car je suis le SEUL étudiant étranger dans son département (et là je FLIPPE lol). Il me propose de convenir d'une date pour un déjeuner/un café quelque part afin que nous puissions discuter de mes cours et faire connaissance (c'est la tradition). Il est un peu efféminé alors je rigole intérieurement, mais je comprends vite qu'il est marié, d'origine italienne avec des enfants. Résultat : nous prenons le café demain, Amandine est invitée, j'ai son téléphone perso et il nous a même montré sur le net des trucs cool à visiter. D'un côté je suis effrayé à l'idée d'être le seul étranger, de l'autre je suis rassuré de tomber sur un prof très disponible pour m'accompagner. Amandine me dit qu'elle devra peut-être trouver un stage dans l'événementiel ou les médias pour son cursus. Lui dis que je rêve en secret de revenir cet été pour un tel stage...

Je rentre à pieds avec Air à fond dans mon iPod. Sur le chemin, je reçois un SMS de Clare : "Think me and Andy are going to do some touristy things tmoro u are interested ?"

Posté par macabanocanada à 07:43 PM - Commentaires [5] - Permalien [#]

Mon trip à la CN Tower - les photos -

Posté par macabanocanada à 12:33 AM - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 août 2004

Premiers instants -2-

Merci pour les quelques commentaires précédents...

Je vais essayer de reprendre un peu dans l'ordre mes premiers instants, et mes premières impressions (qui sont très nombreuses). Quelques photos un peu plus bas.

Aéroport d'Amsterdam, embarquement. Je suis stressé. J'appelle maman, la communication coupe, de toute façon je dois rentrer dans l'avion. Je n'aime pas les 747. Je n'aime pas mes voisins, une famille d'obèses avec un bébé. Je n'aime pas le film, déjà vu ("Le Jour d'après"). Je ne mange pas grand chose. Je dors, compte les heures, mate deux mecs TROP beaux un peu devant ou m'hypnotise avec le canal 11 du casque : musique hard-house. 16h30 heure locale, 22h30 en France, on attérit. Je prends l'impressionante fil d'attente de la douane, on m'envoie à l'immigration, puis je sors enfin pour prendre ma valise. J'attends, j'attends.... et toujours rien. Je flippe, suis claqué, envie d'une douche et d'un gros dodo. Décide de faire le tour de la salle, et retrouve mon sac un peu par hasard, à quelques mètres du tapis. Aperçois l'un des deux gars mimi de l'avion : c'est la honte il est accompagné d'une hôtesse avec d'autres gamins. Pourtant il devait bien avoir 18-20 ans ? :-S File au taxi, c'est un hindou avec turban et barbe qui m'accueille. Retrouve les larges voies américaines, les publicités exubérantes, ces tours à faire rougir la Défense. Une circulation fluide, un chemin rectiligne, j'arrive au campus de l'Université de Toronto, sur lequel j'ai trouvé une chambre avant de prendre possession de ma piaule à Ryerson la semaine prochaine. Les bâtiments sont un peu passés de mode, très 60's. Ma chambre ressemble à un studio Pierre et Vacances, la clim' en plus. Je file à la douche, je m'habille et décide de sortir me balader.

Première confrontation avec la ville. Toronto c'est plus de 4 millions d'habitants, la plus grande ville du Canada. Je me dirige vers le métro, station "Spadina", ne comprends pas très bien le principe de ces tickets que l'on doit découper et glisser dans une urne placée devant le guichetier. Je rentre alors dans un réseau de transport sans preuve d'achat : il ne doit pas y avoir de contrôleurs... Les quais sont propres, les rames très spacieuses, rapides et climatisées. Après la province, Lisbonne, Barcelone, voici un autre métro qui déchire, et je commence à croire que la RATP sucks plus que jamais. J'arrive en deux minutes à la station "Bloor Street". Après un départ dans le mauvais sens, je retombe sur mes pattes et descend "Yonge Street", soit-disant très gay. Déception, je ne vois que des boutiques de créatine qui arborent un rainbow flag (cf la photo). M'arrête honteusement à un MacDo. BigMac pas top. Fais un grand tour, j'apprécie ces grands trottoirs qui me permettent de suivre un chemin propre, c'est à dire sans devoir faire de crochets pour doubler des pépés ou des poussettes. Les rues sont propres, les voitures disciplinées, les piétons aussi. Me fait aborder à plusieurs reprises : ici, parler à un inconnu pour x raisons n'est pas pris pour une agression (j'aurais imaginé le contraire. A confirmer). Il y a de jolies tours, des policiers sympas, mais tout cela ne m'étonne pas car je vois toujours en premier les côtés positifs. Il me semble avoir déjà traversé un quartier un peu chaud, mais je n'en suis même pas sûr... Le quadrillage des rues ne me désoriente pas trop grâce à mon stage intensif dans l'Eixemple de Barcelone. Je m'approche de Ryerson, mais ne voit pas grand chose. Puis je remonte Church Street, considérée comme gay elle-aussi... Et là, OK je comprends mieux !!! au dernier virage avant Church Street, j'entends déjà du Kylie Minogue à fond. Je tourne, et c'est la fête : rainbow flags à gogo, des garçons un peu partout, etc... Il se dégage une ambiance très festive, au royaume du muscle. Le tout est en moyenne assez âgé, mais quelques jeunes TRES craquants. Je repère 2-3 bars qui ont l'air sympas, même si l'ambiance a l'air bien différente des bars européens. Je ne préfère pas rentrer, il est un peu tôt et je préfère des bars pleins à craquer quand je me déplace tout seul (c'est un peu moins glauque). Les panneaux des rues arborent un joli arc-en-ciel, ça s'emballe dans les voitures, aussi... Je rigole tout seul dans la rue. Reprends mon métro, m'arrête au drugstore pour un big Diet Coke. 23h : it's time to sleep.

Ce matin, une bande de niaks dans le couloir me réveille par leurs rires jaunes. Vais à la douche puis descends au petit déj. BONHEUR TOTAL : il y a de la bouffe partout. C'est marrant d'ailleurs : je m'étais dit qu'il suffirait de ne pas trop manger pour ne pas prendre de poids. Mais le problème doit être vu différemment, car c'est la bouffe qui vient à nous. Il faut donc faire un effort surhumain pour repousser ce qui se présente directement dans l'assiette. Me sens encore très seul à ce moment précis. Légère déprime. File à Ryerson pour me présenter. Je tombe sur mon contact du service des relations internationales. Evidemment, une fille souriante et qui aime son boulot. Lui donne les chocolats suisses que je me suis trimbalé jusque là, et elle m'accompagne à la résidence où je me présente également (et où, accesoirement, je paie cash mes frais de logement, ce qui me soulage à la vue de la somme non négligeable que je gardais presque dans mon boxer pour la protéger !). Lorsque je repars de là (endroit relativement agréable qui plus est), j'ai le coeur un peu plus léger. La boule diminue de volume. Décide de repasser demain pour voir mon directeur d'études (point trop n'en faut le premier jour, d'autant plus que je m'applique beaucoup dans la prononciation et la compréhension, ce qui demande pas mal de concentration).

Un Manu le coeur léger, ça dépense sa thune. J'ai marché cinq minutes et je suis tombé sur Eaton Center, ZE centre commercial de la ville, qui s'ouvre aux consommateurs par un Sears. Derrière le Sears, une perspective impressionante avec quatre étages de boutiques et une verrière tout en longueur. Je repars de là avec un guide de la ville, un téléphone portable, un câble réseau et des conneries achetées au drugstore (notamment ce fameux colyre qui répare les yeux rouges explosés). Comme tout le monde, je prends un gros café à emporter au Starbuck (et je note que ce n'est plus la peine de demander de la canelle en poudre avec...). Pour le téléphone, j'ai fait mes petits comparatifs entre les opérateurs, ce qui n'a pas été facile avec des vendeurs bien agressifs dans chaque boutique. J'ai finalement opté pour une offre prépayée chez Fido, sûrement parce qu'il y a des chiens partout sur les affiches. Je suis tout fier car j'ai bien pensé à prendre un téléphone déblocable et compatible en France, et du coup j'ai fait une bonne affaire car ce n'était vraiment pas cher.

Je repense ensuite aux bons conseils de Maxime, et je prends un hot-dog dans une roulotte (2 CAN$). Une fois dans ma piaule Pierre et Vacances, je branche (pour voir...) mon PC à la fiche réseau qui dépasse du mur. Et vlan, internet très haut débit. J'espère que cela ne me sera pas facturé, d'un autre côté j'aurais eu un message d'alerte si tel était le cas. En tout cas, le message qui indiquait le scan de mon Windows par le campus, pour voir s'il était bien à jour, est lui tout de suite apparu....

Me sens un peu trop livré à moi-même, j'ai encore très peur. A suivre.

Posté par macabanocanada à 04:46 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

Premiers instants -1-

Posté par macabanocanada à 04:36 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 août 2004

Pause amstellodamoise.

"May you credit my SkyTeam account, please ?"

C'est toujours ça de pris. L'aéroport d'Amsterdam me plaît beaucoup. Forme tentaculaire, lumière omniprésente, étage pour se reposer, et accessoirement bloguer. Je me suis mis sur une grande table ronde et me suis connecté au wi-fi. Le vol KLM était déprimant, mes yeux ont brillé lorsque les roues de l'Airbus ont quitté le tarmac de Roissy. A cet instant précis, je me suis dit que je ne reverrai pas le sol français avant quatre mois, même si tout se passe mal : mon billet n'est pas remboursable et il a coûté assez cher comme ça. Je passe sur le sandwich glacé, seule la vue était remarquable, avec tous ces champs hollandais, d'un vert vif et inondés par des canaux.

J'ai toujours cette boule au ventre. Et me demande quel événement, sûrement anodin, la fera éclater.

Ma dernière soirée fût mémorable. Un tour au Monop' avant la fermeture : mon ULTIME repas doit déchirer. Maxime est aux fourneaux, magret de canard au miel et vinaigre, épinards et pâtes en salade, figues et champignons. On picole, on rigole, Aude et Guillaume m'amusent, je me dis que Max va beaucoup me manquer. Je me glisse dans mon grand lit pour une ULTIME fois. Il est 4h, je me lève à 7h. Tout est prêt. Tout est prêt ? Tout est prêt. Sûr ?? Pffff...

Posté par macabanocanada à 06:46 AM - Commentaires [5] - Permalien [#]

"Les passagers en destination d'Amsterdam...."

"... sont priés de se présenter porte F32".

Première étape du voyage. J'ai la tête qui tourne, me sens pas bien. (mmm... pas encore désaoûlé de cette nuit, moi).

Posté par macabanocanada à 03:55 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Liens familiaux, amicaux (et filaires !) rompus.

9h52.

Ca raisonne dans la tête. Maman m'a laissé à l'enregistrement. Je n'ai pas du tout assez dormi. Me revoilà dans cette cathédrale F2 de Roissy. Une veine, le wi-fi d'Aéroport de Paris. Je suis tendu, j'ai la boule au ventre.

Me voilà seul.

Posté par macabanocanada à 03:51 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2004

...Paris - préparatifs

Posté par macabanocanada à 01:19 AM - Commentaires [1] - Permalien [#]

...Switzerland...

Posté par macabanocanada à 01:16 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Barcelone...

Posté par macabanocanada à 01:11 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]