Passé l'après-midi sur mon devoir de finance. IL MANQUE DES DONNEES CRUCIALES dans leur énoncé, ou plutôt celui-ci n'est pas assez rigoureux. Les interprétations peuvent être multiples selon les quelques différents critères manquants que je suis bien obligé d'inventer. Je descends me fumer une clope vers 21h, je croise une fille qui me sourit toujours dans le hall, elle est avec quelques amis. Apparemment ils cherchent à rameuter du monde dans un appart pour une petite fête organisée. Entre solitaires de thanksgiving. Suis pas du tout motivé, mais aucune excuse, en anglais qui plus est, me vient à la bouche. C'est contraint et forcé que je les suis, me répétant que je ne devrais en avoir rien à faire de ma "bonne image sociale" et leur balancer que je préfère être alone. Moué mais bon, c'était quand-même sympa, j'ai encore appris un jeu de pochetron (assez évolué pour une fois). Puis je me suis laissé entraîné dans une discussion très sexe. Interesting... C'est une fois de plus la consternation quand les filles apprennent que je suis gay. Alors à tous mes potes hétéros qui veulent pécho, venez au Canada : un accent pourrave et c'est dans la poche. Et j'ai croisé cette fille, jamais vue auparavant, qui est plus âgée que moi (sisi !) et qui vient d'Ecosse. Tous ces Ecossais que je croise me donnent de plus en plus envie de venir les visiter. On a beaucoup discuté et cela m'a mis de bonne humeur. Ah et puis cette conne prépubère qui est venue nous interrompre : "ohh exchange students !! incredible !! blabla" et s'adressant à l'Ecossaise : "oh your english is pretty good !!" J'étais mort de rires. "obviously.. it's my native language". Et s'enfonçant encore plus, elle nous demande si on rentre chez nous pour Thanksgiving.. Mais bien-sûr :) On se téléporte gratos de nos jours ! Elle s'est définitivement vexée quand on s'est mis à imiter l'accent canadien. Ralala il nous en faut peu pour être heureux. Demain je revois maman qui débarque sur Toron'o. Kwel.